May ne peut pas présenter au vote l'accord de Brexit inchangé

Manifestation de pro-européens à Newcastle vendredi 15 mars

ZOOM Manifestation de pro-européens à Newcastle vendredi 15 mars. Andy Buchanan AFP

Et le site d'information de conclure: "La résistance à l'accord de Brexit de Theresa May pourrait être en train de s'estomper". Le président de la Chambre des communes, John Bercow, a annoncé lundi 18 mars que le gouvernement britannique ne pourrait pas soumettre une nouvelle fois au vote des députés son projet d'accord sur une sortie de l'Union européenne sans y apporter de changement substantiel. "Il n'est " pas certain " qu'un vote sera organisé, a déclaré sur la BBC le ministre des Finances Philip Hammond". "Nous ne présenterons de nouveau l'accord que si nous sommes sûrs qu'un nombre suffisant de nos collègues et du (parti unioniste nord-irlandais) DUP sont prêts à le soutenir afin qu'il passe au Parlement", a-t-il ajouté. Il "serait difficile de justifier d'organiser un vote si on est sûrs de le perdre", a abondé dans le même sens le ministre du Commerce international, Liam Fox, sur Sky News. En premier lieu, le 15 janvier, par 432 voix contre 202, puis ce mardi, avec 391 voix contre 242. La Première ministre britannique, qui a essuyé la semaine dernière un deuxième rejet massif à la Chambre des communes du texte âprement négocié avec Bruxelles, pourrait renoncer à le présenter une troisième fois, ont laissé entendre deux de ses ministres dimanche 17 mars. Certes aussi, à Londres elle n'est pas généralisée: David Lidington, par exemple, ministre en charge du cabinet et véritable numéro deux de Theresa May, connaît très bien l'UE, son fonctionnement, ses rouages, ses habitudes... Encore un gros écart donc, malgré les tentatives du gouvernement de faire accepter le texte, jugé par beaucoup trop conciliant avec Bruxelles. Si elle essuie un nouvel échec au Parlement, le Royaume-Uni pourrait "ne pas quitter l'UE pendant des mois, si ce n'est jamais", a-t-elle prévenu, jouant la stratégie de la peur au moment où le camp pro-Brexit se demande si son vote se concrétisera un jour.

"Un long report du Brexit forcerait en outre le Royaume-Uni à organiser des élections européennes fin mai". "L'idée que les Britanniques se rendent aux urnes pour élire des députés européens trois ans après avoir voté pour quitter l'UE est à peine supportable".

Le chef de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn, a lui écrit aux députés d'autres partis pour les inviter à des négociations en vue de trouver un accord alternatif.

Dernières nouvelles