"Gilets jaunes": Le coût des dégâts assurés revu à 200 millions d'euros

Les dégâts liés aux manifestations des gilets jaunes en France ont été estimés

Cet agent est-il en train de voler des maillots du PSG?

En réaction à ces débordements, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé lundi que le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, serait remplacé mercredi par le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement.Il a aussi annoncé la possibilité d'interdire des manifestations et l'augmentation des amendes pour ceux qui participent à des rassemblements non-déclarés. "Même si vous me foutez en prison, l'idée des Gilets jaunes ce n'est pas Maxime Nicolle, et pas Éric Drouet non plus", a-t-il ainsi lancé au gouvernement, face caméra, dans un "live" enregistré sur Facebook.

Interrogé lundi soir sur les conséquences de nouvelles consignes d'aller davantage au contact, le Premier ministre a reconnu que "si nous avons une stratégie qui permet aux forces de l'ordre d'être plus mobiles, d'être plus dynamiques, d'être plus fermes, il y a plus de risques" de blessés.

La stratégie de la police et la gestion de la crise par l'exécutif sont pointés du doigt. "Mais nous constatons que le déchaînement de violence justifie une réponse ferme". Cette fermeté de Macron a emporté aussi le préfet de police de Paris Michel Dulpuech, limogé de son poste. Cette situation avait ramené à Paris Emmanuel Macron qui était en week-end au ski, dans la station La Mongie des Pyrénées. Des responsables de la hiérarchie policière vont-ils être démis de leurs fonctions?

Ainsi, la maire de Paris Anne Hidalgo sera reçue mardi par Edouard Philippe, tandis que le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner recevra le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire recevait pour sa part ce lundi des représentants des secteurs d'activités touchés par les violences. Les titres de la presse étaient évocateurs lundi, résumant l'exaspération après les nouvelles scènes de violences et pillages ayant marqué samedi la 18e manifestation des gilets jaunes, quatre mois après le début de la contestation.

Vingt-sept commerces ont été pillés et 124 dégradés samedi à Paris, selon Édouard Philippe.

Les violences font leur retour au premier plan alors que le gouvernement espérait sortir de la crise avec le "grand débat national" pour lequel le président n'a pas hésité à mouiller la chemise, enchaînant débats-marathons avec élus et citoyens.

L'exécutif s'est donné jusqu'à la mi-avril, avec une prise de parole prévue du président Macron à ce moment-là, pour décider ce qu'il compte faire des très nombreuses propositions qui ont émergé.

Dernières nouvelles