Vers un allongement de la durée du travail — Retraite

La ministre de la Santé Agnès Buzyn envisage de repousser l’âge du départ à la retraite à 65 ans. Crédits

La ministre de la Santé Agnès Buzyn envisage de repousser l’âge du départ à la retraite à 65 ans. Crédits

" Je ne serai pas sur la liste". Elle s'est dite "ravie" que Nathalie Loiseau soit candidate.

Remédier à "l'angoisse de la désertification médicale" et "valoriser" les professionnels de santé: Agnès Buzyn a donné aujourd'hui devant l'Assemblée le top départ de l'examen du projet de loi Santé, présenté par la ministre comme un "levier" pour "garantir un meilleur accès aux soins".

Dans ce contexte, la ministre a indiqué qu'Emmanuel Macron avait pris l'engagement de ne pas toucher à l'âge de départ à la retraite. Questionnée sur un recul de l'âge de départ à la retraite à 65 ans, cette dernière se dit ne pas y être " hostile ". "Est-ce que, alors que le nombre d'actifs diminue, nous allons pouvoir maintenir sur les actifs le poids des retraites qui vont augmenter en nombre et en durée? Nous savons que cet équilibre-là va être de plus en plus difficile à tenir", avait-elle argumenté.

"J'adore ce ministère", a indiqué Agnès Buzyn à propos de son poste de ministre de la Santé et des Solidarités. À partir du moment où les Français l'évoquent, c'est sur la table.

Comme on lui rapportait, en fin d'émission, les réactions hostiles suscitées sur les réseaux sociaux par ses déclarations, la ministre a souligné qu'elle s'exprimait "à titre personnel".

Polémique sur ordonnance Il est probable que la polémique pollue les échanges autour de la loi de santé, d'autant plus que des accusations de manque de concertation et de contournement des promesses ministérielles planent également sur ce texte.

"Dans la détresse qui a éclaté avec fracas ces derniers mois, nous avons tous senti une société dominée par la peur de l'avenir". Entendant ces critiques et sur les conseils du rapporteur du texte, Thomas Mesnier, Agnès Buzyn a accepté que la définition des missions des hôpitaux de proximité soit réintégrée dans la loi. En 2050, il y aura des centaines de milliers de centenaires et le ratio actifs/retraités ne sera plus soutenable. En tant que médecin, j'observe que l'on vit plus longtemps en bonne santé. L'inefficacité de ces mesures qui éloignerait plus encore les jeunes médecins de l'exercice libéral justifie cette constance d'Agnès Buzyn qui se montre cependant ouverte à quelques initiatives, comme l'idée proposée par un amendement d'imposer pendant l'internat un stage en zone sous dotée. Depuis 1995, les réformes retraites "se succèdent les unes après les autres et systématiquement, elles conduisent à allonger la durée au travail".

Dernières nouvelles