Un deuxième suspect arrêté — Fusillade à Utrecht

Fusillade d’Utrecht : les motivations du tueur restent indéterminées

Fusillade d'Utrecht : une lettre accrédite la piste terroriste

Ce mardi matin, la police d'Utrecht a précisé que les trois personnes tuées étaient une femme de 19 ans, habitante d'une ville au sud d'Utrech, et deux hommes de 28 et 49 ans résidents de la ville où a eu lieu la fusillade.

"La piste terroriste n'est plus forcément la piste privilégiée comme ce fut le cas après la fusillade, rapporte Antoine Mouteau, correspondant de RFI aux Pays-Bas".

Lundi matin, un homme a tiré dans un tramway du centre d'Utrecht, l'une des villes des plus importantes du pays. "Il y a beaucoup de questions et de rumeurs, a-t-il dit lors d'une conférence de presse à La Haye". La piste terroriste reste cependant envisageable: "Quel est le motif, terroriste ou autre, nous ne le savons pas encore, mais nous ne pouvons rien exclure", a-t-il ajouté. Il avait été abaissé après l'interpellation de Gokmen Tanis. De son côté, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a affirmé que les services de renseignement de son pays réunissaient des informations sur la fusillade.

Cette fusillade est survenue trois jours après l'attaque de deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande, dans laquelle 50 personnes ont péri.

Gökmen Tanis, considéré comme le suspect principal, est déjà connu de la justice néerlandaise. On apprend notamment qu'il a récemment été incarcéré pour une affaire de cambriolage, et qu'il devait comparaître pour une affaire de viol. Selon la victime, prénommée Angélique et âgée de 47 ans, l'homme a été libéré après avoir passé six semaines en détention pour ne pas avoir respecté certaines conditions.

Les faits d'agression sexuelle remonteraient à l'été 2017, selon la victime qui entretenait des relations intimes avec l'intéressé mais consommait aussi de la cocaïne avec celui-ci.

Dernières nouvelles