Vainqueur de Paris-Nice, Egan Bernal veut "garder les pieds sur terre"

Paris-Nice la fiesta pour les grimpeurs colombiens au Turini

Le Colombien Daniel Martinez remporte la 7e étape de Paris Nice le 16 mars 2019Anne-Christine POUJOULAT

Une fiesta colombienne! Les grimpeurs venus des Andes s'en sont donné à coeur joie, samedi, au col de Turini, dans la 7e et avant-dernière étape de Paris-Nice, désormais commandé par le prodige Egan Bernal (22 ans).

Patient, le jeune Colombien a attendu le fléchissement à l'approche des trois derniers kilomètres de son coéquipier, le Polonais Michal Kwiatkowski, qui portait le maillot jaune depuis mercredi.

Et Bernal a franchi la ligne en 14e place dans le sillage de son aîné Nairo Quintana (Movistar). Les autres grimpeurs, à l'image de Romain Bardet ("j'ai eu du mal à passer la vitesse supérieure", a-t-il expliqué), n'ont pu suivre.

Son compatriote Egan Bernal (Sky) a endossé le maillot jaune à la veille de la conclusion de la célèbre épreuve.

Il a signé la sixième victoire de l'équipe Sky dans les huit dernières éditions de la "course au soleil". Ce sera mon premier grand Tour en tant que leader, alors je veux juste en profiter. Le Turini, rendez-vous mythique du rallye automobile de Monte-Carlo. Avant cela, les coureurs auront 181,5 km à parcourir depuis Nice. Valeureux, le Français Nicolas Edet complète le podium de l'étape. Remarqué l'an passé au Tour de Californie (3e), Martinez, l'un des jeunes talents du cyclisme colombien, a enlevé le titre colombien du contre-la-montre en début de saison (devant Lopez et Bernal). L'équipe tout entière a roulé très fort à l'avant.

Dans la dernière étape, une boucle de 110 kilomètres dans les montagnes ceinturant Nice, Quintana est passé à l'attaque comme l'ont fait ces dernières années les Espagnols Alberto Contador et, voici douze mois, Marc Soler.

Dernières nouvelles