Christchurch : des haka pour faire le deuil

Vidéos. Attentat de Christchurch : des hakas organisés pour rendre hommage aux victimes

Le haka a été rendu célèbre par les All Blacks l'équipe de rugby de Nouvelle-Zélande. ANESH DEBIKY AFP

Des Néo-Zélandais et des Australiens de tout âge et de tout horizon livrent depuis quelques jours des exécutions impromptues de différents haka maori, à travers toute la Nouvelle-Zélande, mais aussi en Australie, afin de rendre hommage aux victimes du carnage des mosquées et d'afficher leur solidarité à leurs familles et proches.

"La police est consciente de l'impatience des familles face aux délais requis pour le processus d'identification après l'attaque terroriste de vendredi", a précisé la police néo-zélandaise dans un communiqué.

Les habitants de cette petite ville on lancé un appel sur les réseaux sociaux afin de réunir le plus de monde afin de rendre hommage aux victimes de Christchurch en Nouvelle-Zélande.

Les tribus maories, les écoles et les équipes de sport ont toutes leur propre version du haka. Cette danse agressive aux gestes menaçants a pour objectif d'intimider, mais pas seulement. Ce chant et ces pas de danse maoris ne sont pas simplement utilisés pour effrayer les ennemis, ils font aussi partie intégrante du rituel du deuil et traduisent une grande émotion. Selon la mythologie maorie, le haka remonte aux origines du monde, don de Tane-rore, le fils de Tama-nuira, le dieu soleil.

"Ka mate, ka mate!". Il sert à témoigner son amour et sa compassion.

Dans l'île du Sud, les Maoris reviennent en force. " De la même manière que la chaleur miroite dans la touffeur d'une journée d'été, explique le professeur Maxwell, dans le haka, chaque partie du corps tremble, du sommet de la tête jusqu'à la plante des pieds ".

Cette tragédie a provoqué une onde de choc en Nouvelle-Zélande, pays de cinq millions d'habitants dont 1% se disent musulmans. Les mots "Je vis!"

Dernières nouvelles