La Bourse de Paris à l'équilibre (+0,05%)

Hausse prudente en Europe avec le Brexit et avant la Fed

Bourse de Paris. Quasi-stable à l’ouverture (+0,06 %)

Les Bourses européennes ont terminé mardi sur une note positive, misant sur le maintien des taux d'intérêt de la Réserve fédérale américaine à l'occasion de l'ouverture d'une réunion de la Fed.

"Le marché parie sur une Fed très accommodante, sur le fait qu'il n'y aura a priori pas de hausse de taux cette année ou une seule. Certains tablent aussi sur une baisse de taux à l'horizon 2020", a ainsi commenté Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

"Le temps s'est arrêté sur les marchés boursiers en ce début de semaine, volumes et volatilité sont au point mort".

Sur le front du Brexit, les investisseurs font, là encore, preuve d'une "belle complaisance", selon M. Tuéni.

L'Eurostoxx 50 a terminé en hausse de 0,62%.

En Europe, le CAC 40 progresse dans le giron de la place américaine, à -0,49 %, tournant autour des 5400 points, le FTSE, en léger terrain négatif, suit la tendance plus sobrement à -0,06 %. Le PDG de la holding familiale FFP, Robert Peugeot, a assuré lundi au quotidien les Echos que la famille, qui détient 12,23% du capital du groupe, soutiendrait toute nouvelle acquisition qui pourrait être réalisée par le groupe à l'avenir.Virbac décollait de 13,39% à 130,40 euros, les investisseurs retenant surtout la confiance affichée par le groupe concernant son activité en 2019 grâce à une performance attendue "globalement bonne" sur toutes ses zones, en dépit d'un bénéfice net annuel inférieur aux attentes.Voltalia bondissait également de 7,73% à 9,75 euros, dynamisé par la multiplication par 15 de son résultat net en 2018, à 8,5 millions d'euros, porté par les bonnes performances de sa branche liées aux services et aux marchés non subventionnés.Groupe Gorgé était propulsé (+21% à 13,60 euros) par le relèvement de sa recommandation à "neutre" par Kepler Cheuvreux et par le contrat de quelque 450 millions d'euros remporté par sa filiale ECA Group dans la robotique.

BNP Paribas gagnait 1,77% à 45,07 euros.

A Londres, le spécialiste de la distribution alimentaire en ligne Ocado a gagné 5,36% en réaction à la publication de ses ventes trimestrielles. La pire chute du jour a été subie par l'entreprise de sidérurgie Evraz (-3,81% à 606 pence), dont quatre investisseurs, parmi lequel le milliardaire russe Roman Abramovich, ont vendu des actions qu'ils possédaient.

A Francfort, en revanche, la chute des cours de Bayer et de BMW ont plongé le Dax beaucoup plus bas, à -1,35% moins d'une heure avant la fin de la séance. La banque Santander a pris 1,29% à 4,49 euros et le géant du textile Inditex (Zara) 1,49% à 26,59 euros. La séance a été dominée par les valeurs du luxe telles que Swatch (+3,10% à 299,00 CHF) ou Richemont (+1,69% à 73,40 CHF). Tirés vers le bas par Swiss Re (-0,20% à 99,62 CHF), qui pourrait subir des pertes en raison des déboires de Boeing, les assureurs Swiss Life (-0,22% à 443,50 CHF) et Zurich Insurance (-0,12% à 338,60 CHF) ont baissé.

A Lisbonne, l'indice PSI 20 a progressé de 0,32%, pour finir à 5.300,51 points.

Le dollar, pénalisé par les anticipations d'un discours accommodant de la Réserve fédérale mercredi, recule de plus de 0,15% face à un panier de devises de référence.

A Amsterdam, l'indice AEX s'est bien tenu (+0,43%), finissant à 552,65 points. Galapagos a augmenté de 2,70% à 91,14 euros tandis que Royal DSM a perdu 0,66% à 97,97 euros. Argenx (-0,17% à 116,80 euros) a limité la casse.

Dernières nouvelles