Les derniers jihadistes de l'EI acculés au bord du fleuve Euphrate — Syrie

Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (21.03.19) - France-Diplomatie - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères

Syrie. Les derniers jihadistes de Daesh acculés au bord de l’Euphrate

Les forces kurdes des FDS (Forces de défense syriennes) finissent de déloger les derniers combattants djihadistes terrés sur les berges de l'Euphrate, à proximité de la frontière irakienne.La victoire militaire des forces kurdes, appuyées par les forces de la coalition, entraîne le pays et la région dans une nouvelle ère. Certains jihadistes qui se battent désormais dans une ultime bande au bord de l'Euphrate ne semblent pas disposés à se rendre, et un haut responsable de Daesh a lancé un message appelant à des attaques contre les FDS.

"Les FDS contrôlent la zone de campement à Baghouz", composée essentiellement de tentes de fortune, de voitures abandonnées et de tunnels sous-terrains, a affirmé sur Twitter le porte-parole des FDS, Mustafa Bali.

M. Trump a vanté, en montrant des cartes, les progrès dans la lutte contre l'EI depuis son arrivée au pouvoir.

Le camp informel servait jusque-là de principal terrain pour les djihadistes retranchés dans la poche de l'EI. Plusieurs centaines de djihadistes blessés ont été capturés, notamment de nombreux étrangers, a-t-il ajouté.

Les FDS, qui comptent dans leurs rangs des combattants de tribus arabes locales, ont pris position dans le camp abandonné, laissant les derniers djihadistes sans issue possible.

Ce Mardi, des agences de presse annonçaient que les Forces démocratiques syriennes (FDS) auraient pris le contrôle du dernier bastion tenu par l'EI après que des centaines de militants se soient rendus du jour au lendemain.

"Les affrontements se poursuivent", selon M. Bali.

Dimanche, le porte-parole des FDS Kino Gabriel a affirmé que quelque "5000 personnes" se trouveraient encore dans le réduit djihadiste, et n'a pas voulu avancer de calendrier précis pour la fin de l'offensive.

"L'ennemi tente de mener un dernier combat désespéré et utilise les civils comme boucliers", a affirmé à l'AFP le porte-parole de la coalition internationale antijihadiste, Sean Ryan.

Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (21.03.19) - France-Diplomatie - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères
Syrie : environ 5.000 personnes encore présentes dans l'ultime poche de Daech

Lancée en septembre, l'offensive contre le dernier réduit djihadiste a été ralentie par la présence de milliers de civils.

Depuis janvier, quelque 67 000 personnes ont quitté l'enclave, dont 5 000 jihadistes arrêtés après leur reddition, selon les FDS.

La plupart des évacués sont transférés vers le camp d'Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, où plus de 70'000 personnes sont entassées dans des conditions particulièrement rudes, selon l'ONG Comité de secours international (IRC).

Depuis décembre, 132 personnes, dont une grande majorité d'enfants de moins de cinq ans, sont décédées en route vers le camp ou peu après leur arrivée, a ajouté l'IRC.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014, l'EI avait proclamé un "califat" sur un territoire grand comme le Royaume-Uni, y instaurant sa propre administration et collectant des impôts auprès de millions d'habitants vivant sous son joug.

GIUSEPPE CACACE via Getty ImagesDes gens fuyant le village de Baghouz.

Sa défaite à Bahgouz, face aux combattants kurdes et arabes des FDS soutenus par la coalition sous commandement américain, signerait la fin territoriale de son "califat".

Mais le groupe jihadiste a déjà entamé sa mue en organisation clandestine, et mène encore des attaques meurtrières.

Début mars, le chef des forces américaines au Moyen-Orient, le général Joseph Votel, a averti que le combat contre l'EI en Syrie "est loin d'être fini".

Dernières nouvelles