Alcool : près d'un Français sur quatre boit trop

Alcool près d'un quart des Français boivent trop

France Alcool près d'un quart des Français boivent trop France Alcool un lourd"fardeau sanitaire, appel à des mesures plus"efficaces

Si les plus jeunes consomment plus intensément que les plus âgés, la consommation de ces derniers est plus régulière. Certes, l'alcool est "un vrai lubrifiant social et un acteur essentiel de notre culture et de notre économie", mais il est surtout responsable de dommages considérables sur notre santé, et ce "dès un faible niveau de consommation".

L'étude présentée dans le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France relance le débat sur la consommation de l'alcool en France.

Avec 41 000 morts par an en France, l'alcool reste la deuxième cause de mortalité évitable après le tabac selon Santé publique France, qui pointe les risques de cancers, de maladies cardiovasculaires et de maladies digestives. Car, contrairement aux idées reçues, les risques pour la santé existent dès le premier verre. " Les hommes sont davantage concernés par ce dépassement (33%) que les femmes (14%)".

Au-delà de 10 verres d'alcool par semaine (100 g d'éthanol pur) la mortalité attribuable à l'alcool " devient significative et augmente de manière exponentielle ", note le Pr Mickaël Naassila, président de la Société française d'alcoologie*. Un tiers de ces personnes dépassant les repères ont un revenu mensuel modeste (inférieur ou égal à 1.200 EUR).

Près d'un quart des Français, soit environ 10,5 millions d'adultes, boivent trop d'alcool, selon l'agence sanitaire Santé publique France, qui lance mardi une campagne dont le message est "pour votre santé, c'est maximum deux verres par jour, et pas tous les jours". "À moins de deux verres, on considère que les dangers sont très limités (.) c'est au-delà que le problème se pose", explique le professeur Michel Reynaud, addictologue.

Lancée avec le ministère de la Santé, cette campagne comprend aussi des chroniques radio, un volet numérique et des vidéos dans les salles d'attente d'hôpitaux et maisons de santé. A utiliser sans oublier qu'un "verre standard de vin", c'est un petit ballon de bistrot.

Et cela, précise-t-il, "sans nier la dimension 'plaisir' qui peut être associée à la consommation d'alcool".

Un constat sévère, une campagne... et après?

Dernières nouvelles