Logement : les loyers progressent moins vite que l'inflation

Logement : les loyers progressent moins vite que l'inflation

Logement : les loyers progressent moins vite que l'inflation

Déjà, la hausse reste en deçà de la progression de l'inflation durant la période (+ 1,8 %).

Une bonne nouvelle pour son porte-monnaie. Les loyers dans le locatif privé ont connu une augmentation moyenne contenue sous l'inflation en 2018 à l'échelle nationale.

L'observatoire a calculé qu'en moyenne, les loyers ont progressé de 1,4% en 2018 (après une baisse de 0,1% en 2017) alors que l'inflation était de 1,8%. Plus de la moitié a vu, en 2018, ses loyers augmenter moins vite que l'inflation - c'est le cas de Lyon (+1,5 % en 2018) et Nice (+0,3 %) - voire carrément baisser comme Lille (-0,3 %), Nantes (-0,6 %) ou Montpellier (-1,8 %). Bien moins que dans la première partie des années 2000, où les loyers grimpaient de plus de 6% en 2000 et 5% en 2004. De 2013 à 2018, les loyers ont augmenté de seulement 0,5% par an en moyenne, pour une inflation annuelle moyenne de 0,8%. Pour les cinq pièces et plus, la hausse est de 0,2%/an.

Clameur relève cependant des disparités selon les villes. "La panne des loyers de marché se constate partout, même sur les communes dites 'rurales' et sur les plus petits des marchés situés en dehors des zones d'encadrement [des loyers]: la panne n'est donc pas spécifique aux seules grandes villes et à leurs agglomérations", souligne Clameur. Ainsi, au Havre, les loyers ont reculé, en moyenne, de 0,5% tous les ans entre 2013 et 2018. Les propriétaires prennent de moins en moins la peine de refaire et d'améliorer leurs logements: les relocations après travaux s'élèvent à 13,3% en 2018, le plus bas niveau depuis 1998, alors que Clameur observait un taux aux alentours de 31% au début des années 2010.

Dernières nouvelles