12 cas de cancers pédiatriques recensés dans une même commune — Loire-Atlantique

Sainte-Pazanne. Neuf enfants atteints d’un cancer : trois sont décédés

Loire-Atlantique : neuf cas de cancers pédiatriques, une enquête sanitaire ouverte

En l'espace de quatre, neuf enfants ont été atteints du cancer à Sainte-Pazanne, un village en Loire-Atlantique. L'ARS a ensuite "saisi Santé publique France pour mener l'enquête épidémiologique dont les premiers résultats seront rendus publics à l'automne 2019". À ce jour, trois sont décédés tandis que les autres sont en rémission ou suivent un traitement lourd.

Selon les parents, interrogés vendredi 29 mars, il n'y a "plus de place au hasard " dans ce surnombre de cas de cancers chez les enfants du secteur de Sainte-Pazanne. Ce lundi 1er avril, trois nouveaux cas ont été recensés par le collectif Stop au cancer de nos enfants, fondé par les parents des enfants touchés.

Le premier signalement déposé à l'ARS date d'avril 2017: il s'agissait alors de six cas de cancers pédiatriques, dont quatre cas de leucémies aiguës.

Ces trois derniers cas n'ont pas encore été officiellement déclarés par l'Agence régionale de santé (ARS) des Pays de la Loire, à qui le collectif a transmis ces informations.

"Ces travaux ont conclu à un excès de cas de leucémies sur deux ans parmi les enfants de moins de 15 ans, par rapport aux données observées au cours des années précédentes sur ce même secteur" mais "l'analyse des facteurs de risque environnementaux n'a pas montré de cause prédominante", avait-elle conclu. Pour Elouan, "le lymphome n'a jamais pu être identifié avec précision", rapporte Séverine Ragot.

Neuf cas depuis fin 2015, soit deux fois plus que partout ailleurs en France. La décision de l'ARS fait en effet suite à la demande de familles de la commune de 6.500 habitants, notamment à travers le collectif local "Stop aux cancers de nos enfants". "Nous sommes entendus, les choses vont avancer grâce à des investigations de terrain qui vont au-delà d'une simple enquête administrative" réagit Séverine Ragot. "Mais identifier une cause avérée de ces cancers devrait permettre de protéger la population et en particulier les enfants" poursuit-elle, en témoignant du rôle citoyen de cette démarche.

L'ARS des Pays de la Loire organise une réunion publique jeudi 4 avril 2019 à 19h30, salle Escale, à Sainte Pazanne.

Dernières nouvelles