Le scientifique qui a le high five des robots

Les pionniers de l'IA Yann LeCun, Geoffrey Hinton et Yoshua Bengio remportent le prix Turing

Un français décroche le Prix Turing, l'équivalent du Prix Nobel en informatique

Comme son nom l'indique, le prix Turing a été créé en hommage au mathématicien britannique Alan M. Turing reconnu comme étant le père de l'informatique. "La croissance de l'IA et l'intérêt qu'elle suscite sont dus, en grande partie, aux progrès récents de l'apprentissage profond dont Bengio, Hinton et LeCun ont posé les bases". Il a publié près de 200 articles scientifiques sur les réseaux de neurones artificiels.

C'est au courant des années 1970 que le Canadien d'origine britannique Geoffrey Hinton - professeur d'informatique à l'université de Toronto - amorce ses travaux sur les algorithmes d'apprentissage automatique. Durant plus de deux décennies, le trio a relevé d'innombrables défis pour développer les réseaux de neurones profonds apparus dans les années 80 et qui étaient dénigrés à l'époque par la plupart des experts en intelligence artificielle (IA).

Ces techniques ont permis des progrès importants et rapides dans les domaines de l'analyse du signal sonore ou visuel et notamment de la reconnaissance faciale, de la reconnaissance vocale, de la vision par ordinateur, du traitement automatisé du langage.

Ils se partagent une récompense de 1 million de dollars qui vient saluer 30 années de recherches ayant abouti à des avancées majeures dans la vision par ordinateur, la reconnaissance automatique de la parole, la traduction automatique, entre autres. Enfin, Yoshua Bengio est professeur à l'Université de Montréal et directeur scientifique à Mila: l'institut de l'intelligence artificielle du Québec. Ce dernier s'est en effet imposé comme le pionnier de l'utilisation d'une forme particulière de Machine Learning, baptisée réseaux neuronaux convolutifs (CNN), distinguée par l'ACM.

Le Français Yann LeCun et les Canadiens Yoshua Bengio et Geoffrey Hinton comptent parmi les pionniers de l'intelligence artificielle.

En lieu et place d'un programme informatique explicitant commande après commande ce que doit réaliser l'ordinateur, les méthodes de Deep Learning ont recours à un algorithme d'apprentissage spécifique pour extraire des motifs dans les données qui relient les données d'entrée, comme les pixels d'une image, à la sortie souhaitée. C'est assez rare pour qu'on le souligne: c'est le second Français à remporter ce prix depuis qu'il a été créé en 1966!

Des travaux sur l'apprentissage profond.

Tous les trois ont contribué à faire avancer la recherche et l'application sur les réseaux de neurones et le Deep Learning permettant aux ordinateurs de reconnaître des patterns, d'interpréter le langage ou de dégager des insights à partir de données complexes.

Reste que les trois chercheurs, qui ont souvent collaborés ensemble, auront encore l'occasion d'améliorer leurs découvertes respectives.

Dernières nouvelles