Le pouvoir cafouille, la réforme s’embrouille — Retraites

Age de départ à la retraite: Delevoye perd patience avec le gouvernement

Retraites: Jean-Paul Delevoye attend «des clarifications» de la part du gouvernement

Le haut-commissaire en charge de la réforme des retraites a demandé à l'exécutif de "clarifier" sa position sur l'âge de la retraite alors qu'une partie du gouvernement pousse à "travailler plus longtemps". "Plusieurs ministres, ainsi qu'Edouard Philippe, ont ouvert le débat, en jugeant légitime d'envisager que les Français travaillent un peu plus longtemps pour financer la dépendance, l'âge de départ à la retraite restant à 62 ans", poursuit la journaliste.

Promesse de campagne du chef de l'Etat, la réforme doit remplacer les 42 régimes de retraite existants par un système "universel" par points, toujours basé sur le principe de répartition, mais où "un euro cotisé donnera les mêmes droits" à tous. "Puis son collègue des Comptes publics, Gérald Darmanin, s'est engouffré dans la brèche, estimant que la proposition était " très courageuse", " s'étudie " et " se regarde ".

Une pluie de pavés dans la mare du Haut commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye, qui prépare le terrain depuis 18 mois avec syndicats et patronat, pour un projet de loi attendu cet été.

"Et de nouveau " confirmé " par le gouvernement, affirmait il y a deux semaines M. Delevoye, assurant que " le contrat avec les partenaires sociaux ne change pas d'un iota ".

Mais en début de semaine, Gérald Darmanin a expliqué "qu'indépendamment de la réforme Delevoye" il y avait "une question de savoir si on fait une réforme d'âge", à laquelle il s'est dit "plutôt favorable".

La réforme des retraites a du plomb dans l'aile. "Le mandat de Jean-Paul Delevoye n'a pas changé", a fait savoir Matignon. Ces derniers jours, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et Eric Woerth ont appelé à reculer l'âge légal à 65 ans. "Quand on a des défis aussi importants que celui de la dépendance, mécaniquement, on doit se poser la question de leur financement".

"Mais le sujet est une ligne rouge pour les syndicats". "Sinon il n'y aura plus de sens à discuter", a prévenu la CFDT. Yves Veyrier, le secrétaire général de FO alerte: "en l'absence de clarification et de communication du projet du gouvernement, nous nous verrions donc en situation de mettre fin à notre participation à ladite concertation, qui pourrait prêter à confusion quant à son objet et à notre rôle". Les députés de la majorité sont aussi réticents. La ministre de la Santé avait, elle, dit ne "pas" être "hostile" à l'idée de retarder l'âge de départ, n'excluant pas de "proposer un allongement de la durée de travail".

Dernières nouvelles