Nouvelle journée de mobilisation des enseignants le 4 avril — Réforme de l'école

Réformes Blanquer : pourquoi les enseignants sont dans la rue ce samedi - LCI

Education: Des enseignants dans la rue contre «la loi Blanquer» et la réforme du lycée

Alors que depuis vendredi 29 mars un mouvement de grève touchait des écoles publiques, à Nantes environ 2500 personnes, des enseigants mais aussi des parents d'élèves, ont répondu à l'appel des syndicats.

Les raisons de la colère? Le destinataire de leur message: le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, dont ils dénoncent la réforme sur "l'école de la confiance" et la réforme du lycée. Alors que le projet de loi a été adopté par l'Assemblée le 19 février dernier, il doit désormais être présenté devant le Sénat au mois de mai. " Sur ce point, pourquoi pas un rapprochement, mais le projet exclut les directeurs d'écoles qui n'auraient plus leur mot à dire, ces rapprochements étant mis en place par les communes et les départements". "Ce projet n'offre selon elle " aucune réponse aux problèmes actuels de l'école", comme " la réduction des inégalités et l'inclusion de tous les élèves " et " au contraire en pose de nouveaux ".

Les inquiétudes des manifestants font suite à l'introduction d'un amendement qui donnerait naissance à des "établissements publics des savoirs fondamentaux", rassemblant collège et école d'un même secteur. Suppression des directeurs d'école, des jardins d'enfants, voire des maternelles, inquiètent légitimement enseignants et parents d'élèves. "Je suis prêt à me battre contre cela", assure-t-il.

Le SNUipp-FSU18 appelle le corps enseignant à venir tracter et signer, cet après-midi entre 14 et 17 heures, place Cujas à Bourges, "son refus de cette loi, particulièrement l'article 6 rattachant les écoles aux collèges". "Que la loi réponde aux préoccupations de l'école, et nous verrons" si nous arrêtons de nous mobiliser, rétorque Francette Popineau, peu convaincue par l'argument. Le ministre a beau assurer que non, les syndicats enseignants doutent.

La réforme du lycée, qui supprime les séries l'an prochain en Première, a aussi de nombreux détracteurs.

Sébastien Le Gall, secrétaire départemental de l'Unsa Education Aveyron. Dans certains établissements, des enseignants mènent depuis plusieurs semaines des "actions de désobéissance" dans toute la France pour montrer leur désapprobation face à cette réforme.

Dernières nouvelles