Emmanuel Macron "n'ira pas" à l'Assemblée de Corse où l'invitent les nationalistes

Richard Ferrand et Emmanuel Macron aux assises des maires bretons le 3 avril 2019 à Saint-Brieuc

Richard Ferrand et Emmanuel Macron aux assises des maires bretons le 3 avril 2019 à Saint-Brieuc1/3

Les nationalistes ont appelé à une journée "île morte". Cette dernière étape du grand débat national s'annonce tendu.

Emmanuel Macron a bouclé sous les applaudissements son grand débat avec des maires corses jeudi, mais déclenché la colère des nationalistes en leur reprochant de ne pas exprimer de "regrets" au sujet de l'assassinat du préfet Erignac en 1998. Quelque 200 personnes ont manifesté à Ajaccio avant d'être dispersées par une forte pluie. Pour certains, la venue d'Emmanuel Macron est justement l'occasion de dialoguer avec le président sur l'avenir de l'île de beauté. Très vite le débat a porté sur la Corse, ses singularités et ses relations historiquement conflictuelles avec l'État. La veille, le président avait opposé une fin de non-recevoir au président de l'exécutif corse, Gilles Simeoni, et celui de l'Assemblée insulaire, Jean-Guy Talamoni, qui l'avaient invité à venir les rencontrer directement dans l'hémicycle de l'île. Jean-Martin Mondoloni, président du groupe d'opposition "Per l'avvene" à l'Assemblée de Corse a notamment voulu interpeller le chef de l'Etat sur le futur plan exceptionnel d'investissement (P.E.I) "Le concours de l'Etat ce n'est pas une option, ce n'est pas un supplément d'âme, c'est une obligation [.] Le concours de l'Etat doit s'opérer de façon sereine, mettons le en oeuvre". "Je ne réponds pas en tant que président de la République à la convocation devant une assemblée territoriale ou alors c'est une perte de repères profonde ", a-t-il répété. Sinon, prévenait-il, "il n'y aura pas de statu quo " et "nous irons vers des jours noirs ".

" Ne réveillons pas la violence ", lui a répondu le chef de l'État, accompagné de la ministre de la Cohésion des Territoires Jacqueline Gourault, chargée du dossier Corse.

Dernières nouvelles