Voici comment elles vont être plafonnées — Retraites-chapeau

Les

Bruno Le Maire sur les millions de Tom Enders: "si certains ne veulent pas comprendre, nous prendrons des dispositions"

"Je ramènerai à 30 % du salaire des dirigeants le montant maximum de la "retraite chapeau" ", a déclaré Bruno Le Maire au micro de BFMTV et de RMC, en précisant qu'une ordonnance en ce sens allait être introduite dans le projet de loi Pacte. "Ce sera dans les prochaines semaines sur la base d'une ordonnance aussi prévue dans la loi Pacte", a assuré le ministre.

Pour Bruno Le Maire, il s'agit "d'excès insupportables" d'un "capitalisme d'un autre temps".

"Je n'ai pas attendu le départ de Tom Enders pour m'apercevoir de certains excès". Le ministre de l'Economie semble avoir du mal à avaler les quelque 37 millions d'euros que va recevoir Tom Enders, le patron d'Airbus qui s'apprête à partir à la retraite.

"Les " retraites chapeaux " versées aux dirigeants d'entreprise seront limitées par la loi à 30 % du salaire du dirigeant et ne pourront pas être cumulées avec une clause de non-concurrence, a annoncé jeudi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire". "Par ailleurs, " nous prévoirons qu'il sera désormais interdit de cumuler "retraite chapeau" et clause de non-concurrence", car " à partir du moment où vous partez à la retraite, c'est que vous partez à la retraite et n'allez pas aller travailler chez un concurrent. "Là encore, ça sera inscrit dans la loi", a-t-il promis.

"Beaucoup d'entrepreneurs français ont changé leurs pratiques et compris qu'on était entré dans une nouvelle époque", s'est toutefois félicité Bruno Le Maire, saluant au passage Jean-Dominique Sénard pour avoir divisé par deux son salaire de référence de président de Renault, par rapport à celui de son prédécesseur Carlos Ghosn, lequel, mis en examen au Japon, s'est vu priver de "retraite chapeau" par le conseil d'administration du constructeur automobile après avoir démissionné.

Une retraite-chapeau, comment ça marche?

Le gouvernement planchait sur cette ordonnance de longue date, notamment pour se conformer au droit européen.

Les indemnités de départ des grands patrons font l'objet de polémiques récurrentes en France. Ce pécule est financé par l'entreprise, qui est exonérée de cotisations sociales et de la CSG.

Dernières nouvelles