A cause de la loi Alimentation, les prix de l'alcool flambent

Loi alimentation l’augmentation des prix concerne surtout l’alcool

En deux mois le prix des bières en hypermarchés a augmenté de 7,3%. 185297718/bodnar

Vous vous en êtes peut-être déjà rendu compte dans les rayons des supermarchés, le prix des alcools a grimpé en moyenne de 3,2 %, entre fin janvier et fin mars 2019, selon une étude marketing de Nielsen.

De nombreux alcools populaires sont concernés. Si les champagnes sont relativement épargnés par ce phénomène (+ 1,1 % depuis février), les mousseux sont à +5,3 %, le pastis à +6,8 %, les bières à +7,3 %, les rhums à +8,6 % et les gins à +8,8 %! La facture des apéros d'été risque de s'envoler et les consommateurs vont faire grise mine.

La raison serait la nouvelle loi Alimentation. En effet, si les prix des marques de distributeurs du cœur de gamme poursuivent leur baisse, le top 100 des produits de références, qui représente 5% des ventes, a vu ses prix augmenter de 4,8% en moyenne. Mais certains alcools sont plus touchés que d'autres.

De leurs côtés, les vins n'ont que peu augmenté (+1,4 %). En revanche, les produits sur lesquels les marges étaient faibles augmentent. Cela doit permettre, en théorie, de mieux rémunérer les agriculteurs. Conséquence: la grande distribution gagne moins d'argent qu'avant sur plusieurs produits issus de notre agriculture comme la viande, le lait, le fromage ou les fruits et légumes.

Dernières nouvelles