Attaque du Hayabusa: le Japon bombarde un astéroïde (images)

Rien ne justifie l'arrestation de Carlos Ghosn selon ses avocats

Voir les

Le remake d'Armaggedon se prépare à 314 millions de kilomètres de la Terre. La sonde Hayabusa 2 est parvenue à faire une exploser une charge de 10 kg à la surface de l'astéroïde Ryugu. La sonde japonaise Hayabusa2 a provoqué ce vendredi une explosion au-dessus de l'astéroïde Ryugu dans le but d'y créer un cratère et de récupérer des poussières devant permettre d'étudier le sous-sol du corps interstellaire. Le chercheur, directeur de recherches au CNRS à l'Observatoire de la Côte d'Azur et membre de l'équipe scientifique de la mission, a eu l'honneur d'assister en direct à l'opération depuis le centre de contrôle de l'agence spatiale japonaise (Jaxa) à Tokyo.

En février, Hayabusa2 avait déjà réussi à se poser sur Ryugu, un contact furtif qui a apparemment permis de collecter des poussières du sol de ce corps interstellaire. En théorie, la déflagration causée par le SCI doit créer un cratère suffisamment profond pour qu'Hayabusa puisse venir y récupérer des matériaux issus du sous-sol de Ryugu. Hayabusa2 est ensuite censée revenir en deux semaines tout près de Ryugu et même se poser brièvement dans le cratère créé pour effectuer des prélèvements.

"Nous sommes impatients de voir ce qui se passera lorsque l'impacteur heurtera l'astéroïde", a déclaré plus tôt cette semaine aux journalistes Takashi Kubota, un des responsables de la mission.

"Retour prévu en 2020" Maintenant qu'on a un échantillon en surface, on aimerait pouvoir le comparer à du matériel qui, lui, n'aura pas été chauffé par le soleil.

Le but ultime est de contribuer à enrichir les connaissances de notre environnement spatial " pour mieux appréhender l'apparition de la vie sur Terre", selon la Jaxa.

La sonde Hayabusa2 a entamé son long périple le 3 décembre 2014 (archives). La longue analyse des échantillons récupérés après cette mission à très haut risque pourra alors commencer.

Dernières nouvelles