La Fédération française condamnée à verser 1 million d'euros à Guy Novès

Rugby- Rugby- Lundi les prud'hommes de Toulouse rendront leur décision dans l'affaire FFR-Guy Novès

Lundi les prud'hommes de Toulouse rendront leur décision dans l'affaire FFR-Guy Novès

L'ancien sélectionneur du XV de France Guy Novès a indiqué à la presse qu'il ne ferait pas appel de la décision des Prud'hommes de Toulouse de lui accorder lundi une indemnité d'1 million d'euros dans le litige l'opposant à la Fédération française de rugby (FFR). Après son licenciement le 27 décembre 2017, quelques semaines après un humiliant match nul contre le Japon (23-23) à la Paris La Défense Arena de Nanterre, Guy Novès avait décidé d'attaquer son employeur, lui réclamant la somme conséquente d'environ 3 millions d'euros de dommages et intérêts. Je tiens à souligner le professionnalisme du conseil des prud'hommes de Toulouse qui a su prendre une décision équilibrée. La FFR a été condamnée à lui verser plus d'un million d'euros.

Le Conseil a aussi retenu "l'atteinte à la notoriété" de Guy Novès et les "circonstances vexatoires" de la rupture du contrat, ainsi qu'un "préjudice moral". Mais sur ces demandes, ils ont minoré les sommes allouées par rapport aux montants demandés par M. Novès, premier sélectionneur des Bleus limogé en cours de mandat.

L'ancien entraîneur emblématique du Stade Toulousain avait été écarté après une série de six défaites et un match nul par le président de la FFR Bernard Laporte, qui ne l'avait pas choisi.

La FFR, qui avait demandé la requalification du contrat de Guy Novès de CDD en CDI et la reconnaissance d'une " faute grave ", a été déboutée. C'est rare que dans ce genre d'affaires, le verdict contente les deux parties.

Dernières nouvelles