" La baisse des impôts, plus qu'une promesse, c'est une réalité " — Darmanin

Bonne nouvelle

Getty Images

Parmi les autres pistes envisagées par Bercy pour réduire les impôts: "la suppression de la redevance audiovisuelle, la baisse des impôts de production pour les entreprises ou des droits de succession ".

Ce dimanche 7 avril, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a abordé des sujets autour de la fiscalité, notamment la baisse des impôts, celle de la TVA ou encore le financement des retraites. "Personne avant nous n'avait jamais supprimé un impôt aussi important", se félicite Gérald Darmanin. "Or, elles ne sont pas toutes utiles ni justes". "Supprimer la taxe d'habitation - ce sera le cas pour 100% des Français d'ici 2022 -, c'est redonner 17 milliards d'euros aux ménages".

Gérald Darmanin estime également que la TVA à 0% sur les produits de première nécessité, une des revendications des "gilets jaunes ", ne serait pas le meilleur moyen de "soutenir le pouvoir d'achat ".

" Ce n'est pas l'idée la plus facile à mettre en œuvre, ni le meilleur moyen de soutenir le pouvoir d'achat ", considère le ministre, car " la difficulté avec la TVA, c'est que la baisse ne se répercute pas forcément au profit du consommateur ". "C'est souvent ce qu'on a observé par le passé", a ajouté le ministre. "Il faudrait en débattre des années avec la Commission européenne, car instaurer une TVA à 0 % n'est pas possible dans le cadre des règles actuelles", rappelle-t-il.

"Mais le ministre a estimé qu'il ne fallait pas toucher à la déduction pour les emplois à domicile".

Selon une enquête Ifop pour le Journal du dimanche ("JDD"), les Français plébiscitent les mesures réduisant les impôts et les taxes. Ce serait une mauvaise idée. La marge d'erreur pour ce sondage est +/- 1,4 point pour un résultat de 5 ou 95%; +/- 1,8 point pour un résultat de 10 ou 90%; +/- 2,5 points pour un résultat de 20 ou 80%; +/- 2,8 points pour un résultat de 30 ou 70%; +/- 3 points pour un résultat de 40 ou 60%; +/- 3,1 points pour un résultat de 50%. Suppression des droits de succession, fin de la redevance, retour de l'ISF... Et sans surprise, seuls 44 % des sondés approuveraient le rétablissement de la taxe carbone, selon cette étude menée en ligne de mercredi à vendredi auprès de 1 005 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Dernières nouvelles