WikiLeaks : Julian Assange arrêté par la police britannique dans l'ambassade d'Équateur

WikiLeaks-Gründer Julian Assange spricht das Publikum vom Balkon der Botschaft Ecuadors in London

Sputnik. Alex McNaughtonCe que l’on sait de l’arrestation du fondateur du site WikiLeaks Julian Assange

" Julian Assange, 47 ans, a été arrêté aujourd'hui, jeudi 11 avril, par des agents du service de la police métropolitain (MPS) à l'ambassade d'Équateur ", a annoncé Scotland Yard, expliquant que l'arrestation a été menée en vertu d'un mandat de juin 2012 délivré par le tribunal londonien de Westminster, pour non présentation au tribunal.

Julian Assange a été visé en Suède par une enquête pour viol et agression sexuelle mais, note Le Monde, la perspective d'un procès est peu probable, une partie des faits reprochés à Assange étant prescrite.

Edward Snowden, un lanceur d'alerte américain et ancien employé de la CIA, a parlé de "journée noire pour la liberté de la presse" à propos de l'arrestation de Julian Assange par les autorités britanniques.

Merci de nous avoir signalé l'erreur, nous allons corriger cela rapidement.

Voilà six ans et 10 mois que Julian Assange vivait à l'ambassade de l'Equateur à Londres, au Royaume-Uni, établissement qui relevait de la souveraineté du pays sud-américain. Julian Assange a voulu se maintenir comme un "acteur d'opinion mondial", sans respecter le "code minimal qu'un bénéficiant d'asile doit avoir: ne pas donner son avis ou s'impliquer dans un processus politique", a déclaré à l'AFP Katalina Barreiro, de l'Institut des hautes études nationales à Quito. Mais Londres se refuse à lui accorder un sauf-conduit, qui lui permettrait de quitter l'ambassade, et maintient un mandat d'arrêt pour violation des conditions de sa liberté conditionnelle dans l'affaire suédoise.

Les déclarations hostiles et menaçantes de son organisation alliée [WikiLeaks] contre l'Équateur, et spécialement la transgression des traités internationaux, ont conduit la situation à un point où il n'était plus possible pour le gouvernement de l'Équateur d'offrir l'asile à M. Assange. Il craignait d'être extradé aux États-Unis pour la diffusion de documents sensibles.

Cette décision a été vivement critiquée par son prédécesseur l'ex-président équatorien Rafael Correa, exilé en Belgique depuis 2017.

Mais "la patience de l'Equateur a atteint ses limites", ajoute-t-il, en citant les "violations répétées" de Julian Assange, dont la "non intervention dans les relations entre Etats".

"WikiLeaks soutient que c'est la publication récente de documents alléguant de la " corruption " du gouvernement équatorien, les " INA Papers", qui a poussé Quito à renier son accord d'asile offert à M. Assange.

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, réfugié depuis sept ans dans l'ambassade d'Equateur, à Londres, a été arrêté, a annoncé jeudi Scotland Yard. "L'Equateur a rempli ses obligations dans le cadre du droit international". L'avocate de la femme qui l'accusait de viol en Suède a indiqué qu'elle allait demander au parquet la réouverture de l'enquête après l'arrestation du fondateur de WikiLeaks à Londres.

Dernières nouvelles