Prince Gouano visé par des cris racistes, le match Dijon-Amiens interrompu

Antoine Kombouaré Dijon FCO

Le match Dijon-Amiens interrompu quelques minutes en raison de cris racistes

"Le mot d'ordre pour moi c'est l'amour", a expliqué Prince Gouano au micro de BeIn Sports après le match.

Roxana Maracineanu estime "rassurant de voir les joueurs réagir, les équipes s'indigner et faire bloc", après les cris racistes qui ont conduit à l'interruption vendredi pendant quelques minutes du match Dijon-Amiens. Déjà battus par Dijon (1-3), la semaine dernière, les Gones ont rechuté en encaissant un superbe coup-franc de Limbombe, dans les dernières minutes du match (85'). "Je ne leur en veux pas, la faute est humaine". J'espère qu'il verra ce geste-là pour demain, retransmettre à ses enfants que tout ça, ça ne sert à rien. Une triste première en France, qui vient s'inscrire dans un climat un peu tendu en Europe en ce moment après des épisodes similaires qui ont eu lieu en Italie et en Angleterre. A la fin du match, le défenseur est allé applaudir les supporters dijonnais qui l'ont insulté, pour faire véhiculer un message d'amour dit-il. Ce comportement est tout simplement inacceptable. Cet acte isolé porte atteinte aux valeurs de respect et de solidarité toujours prônées par le DFCO. Et il a confirmé en continuant ces bruitages-là. "C'est très grave et ça ne doit pas exister".

Le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, s'était exprimé dans un communiqué: "Par son histoire, sa culture, son universalité, le football est le contraire du racisme, de toutes les formes de discrimination".

"La prochaine fois, on arrête le match". "Les mesures, elles doivent être prises par les instances du foot ", a lancé l'entraîneur dijonnais Antoine Kombouaré après la rencontre.

Le ministre de l'Intérieur et la ministre des Sports dénoncent des "insultes intolérables et à la République" après que le défenseur d'Amiens, Prince Gouano, a subi des cris racistes depuis les tribunes. Dès mercredi, la Commission de Discipline se saisira du dossier. Dès ce soir, le club de Dijon a identifié l'auteur des insultes racistes qui a ensuite été interpellé.

Cet incident a aussi été condamné par la Ligue de football professionnel (LFP), qui a assuré le soir-même qu'elle allait "étudier les suites judiciaires à donner" à ces faits.

Dernières nouvelles