L’image d’une fillette hondurienne en pleurs primée du World Press Photo

Une petite fille pleure près de sa mère

L’image d’une fillette hondurienne en pleurs primée du World Press Photo

Après sa diffusion, les douanes américaines avaient précisé que la petite Yanela, qu'on voit sur la photo, et sa mère n'avaient pas été séparées au passage de la frontière. Et de continuer: "Je pouvais voir la peur sur leurs visages, dans leurs yeux".

Le jury a estimé que la photo illustre " une violence psychologique ".

"Néanmoins, le tollé général contre cette pratique controversée a conduit le président Donald Trump à revoir sa politique en juin dernier", ont fait savoir les juges du concours basé à Amsterdam, confirmant une information de Sud-Ouest. Il déclarait également avoir pris la photo quand Sandra Sanchez a posé sa fille au sol pour être fouillée. L'enfant s'est mise à pleurer. "Je voulais raconter une autre histoire", a confié John Moore à propos de la photo lors de la cérémonie à Amsterdam.

"C'était pour moi une possibilité de montrer une image de l'humanité qui souvent n'apparaît que dans des statistiques", a-t-il ajouté. Jeudi 11 avril, cette photographie bouleversante intitulée " Crying Girl on the Border " a remporté le prix du prestigieux World Press Photo 2019. Le World press photo du meilleur reportage porte lui aussi sur le même sujet des migrants d'Amérique centrale.

Cette année, les juges ont sélectionné les gagnants parmi quelque 78.800 images soumises par plus de 4.730 photographes du monde entier, selon les organisateurs. Elles ont été appréhendées par des agents alors qu'elles traversaient illégalement la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

John Wessels a reçu la deuxième et la troisième place, catégorie "General News-Stories", pour des séries de clichés sur les élections congolaises en 2018 et l'épidémie d'Ebola en RDC.

Dernières nouvelles