Les intentions d'embauches au plus haut

Les entreprises du Limousin promettent 23.600 embauches mais les candidats manquent

Emploi : les prévisions d'embauches au plus haut depuis 10 ans, + 12 % prévues dans l'Aude et les P.-O.

Les entreprises comptent encore beaucoup recruter cette année.

Cela fait suite à un millésime 2018 déjà record. Les intentions d'embauche progressent de 14,8 % pour 2019, selon l'enquête annuelle de Pôle emploi. "C'est le plus fort volume d'intentions d'embauche" de la décennie, s'est réjoui en présentant l'étude le directeur général de Pôle Emploi, Jean Bassères, notant aussi la hausse de 3,5 points à 45,2% des projets d'embauche en CDI.

La croissance économique a beau ralentir, les employeurs restent confiants sur le terrain de l'emploi.

C'est aussi ce que montrent les prévisions du gouvernement, telles qu'elles figurent dans son Programme de stabilité transmis cette semaine à Bruxelles. Cette augmentation est portée à la fois par davantage d'entreprises envisageant de recruter (26,4 % contre 25,9 %) et, pour chacune, par un nombre moyen de projets d'embauche plus élevé (4,3 contre 3,9). Ce sont les grands établissements (50 salariés ou plus) qui prévoient une plus grande augmentation, de 28 %.

Mieux, volume et qualité se conjuguent: 45,2 % des projets d'embauches le sont sous forme de CDI, contre 41,7 % dans le précédent opus du baromètre. Trois régions, pourtant très différentes entre elles ne serait-ce que sur le taux de chômage, se distinguent: Pays de la Loire, Normandie et Haut-de-France.

Comme chaque année, les métiers essentiellement saisonniers (agriculture, hôtellerie et restauration, animation.) font partie des métiers les plus recherchés. En 2019, 65% des projets de recrutement correspondent à des emplois durables (CDI et CDD de plus de 6 mois).

Plus forte dans les établissements de taille moyenne, cette dynamique concerne plus particulièrement la construction (+26 %), l'industrie (+20 %) et les services aux entreprises (+34 % pour le transport et la logistique).

Avec 37 % de l'ensemble des intentions d'embauches (997 500 projets dans toute la France), les services aux particuliers constituent le premier secteur recruteur, en progression de 12 % par rapport à 2018.

Cette bonne nouvelle pour l'emploi est néanmoins tempérée par les difficultés de recrutement qu'une entreprise sur deux anticipe également.

Le cocktail de raisons qui alimentent ce pessimisme n'a, en revanche, que peu bougé. La première, qui revient dans les trois quarts des réponses, porte sur " l'inadéquation " du profil du candidat, conséquence d'un manque d'expérience, de motivation, de compétences techniques, ou d'un relationnel défaillant. Vient ensuite la question des conditions de travail.

Dernières nouvelles