Angèle explique le consentement à Pierre Niney — "Balance ton quoi"

VIDEO. Angèle dévoile son «anti sexism academy» dans le clip de «Balance Ton Quoi»

Balance Ton Quoi : le clip de la chanson d'Angèle est sorti !

Des culottes de toutes les tailles, des couleurs pastels, des touffes de poils rajoutées et un tribunal du sexisme: voici les ingrédients principaux du clip de Balance Ton Quoi, nouveau single d'Angèle, tiré de son premier album-phénomène, Brol. L'acteur français Pierre Niney participe également au clip en jouant le rôle d'un homme qui s'interroge sur les limites du sexisme.

"Balance ton quoi", extrait du premier album de la chanteuse Angèle, est actuellement l'hymne féministe le plus en vogue. Dans cette vidéo très esthétique, le message est limpide: le sexisme peut toucher tout le monde et il faut lutter contre. Beaucoup de thèmes sont ici évoqués avec la volonté d'illustrer un féminisme intersectionnel et inclusif: "questions de genres, harcèlement sexuel au travail ou dans les transports, consentement, jugements de valeur, questions de pilosité, violences gynécologiques, dévalorisation des capacités des femmes à réussir par elles-mêmes, fétichisation des femmes noires, slut-shaming, respect des choix de chacun.e, charge mentale, historique des droits des femmes, censure des tétons féminins, etc.", développe la réalisatrice du clip Charlotte Abramow dans une note d'intention. Défaut de consentement, interpellation dans la rue, critique du physique. tout y passe. Tour à tour, " la fille qui l'ouvre " change de rôle, devenant ainsi juge, avocate, victime mais aussi coupable.

"Avec humour et légèreté, Angèle dénonce ici le sexisme ordinaire, et met l'accent sur l'importance de l'éducation, d'où la " anti sexism academy " de son clip". Les coupables sont envoyés par Angèle dans un centre anti-sexiste où la soeur de Roméo Elvis incarne une coach censée remettre les fautifs dans le droit chemin. Cet uniforme fait partie d'une collection capsule en partenariat avec la marque de vêtement féministe Meuf Paris.

Dernières nouvelles