Algérie : Belaiz, fidèle de Bouteflika, démissionne à son tour

Algérie démission d'un ex-proche de Bouteflika visé par la constestation

Monde Algérie démission d'un ex-proche de Bouteflika visé par la constestation

Le président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz, "a prévenu" l'institution "qu'il avait présenté sa démission (.) au chef de l'Etat", selon la télévision nationale, mardi 16 avril. Son départ a été revendiqué à cor et à cri par les milliers d'Algériens qui n'ont cessé de scander, ces dernières semaines, la révocation des "trois B", à savoir Belaïz, Bedoui et Bensalah. Après le décès de Mourad Medelci, prédécesseur de Tayeb Belaïz à la tête du Conseil constitutionnel, ce dernier a aussitôt été propulsé au point culminant de la pyramide des institutions chargées de valider et de faire aboutir l'option du 5e mandat d'Abdelaziz Bouteflika. Taïeb Belaiz avait déjà présidé le Conseil constitutionnel de mars 2012 à septembre 2013. Tayeb Belaïz s'était distingué, ensuite, par son silence sidérant face au premier appel de l'armée en faveur de l'application de l'article 102 de la Constitution, obligeant le Conseil constitutionnel à constater la vacance du pouvoir et l'incapacité d'Abdelaziz Bouteflika à gouverner. Le légalisme et le respect des dispositions de la Constitution étaient l'excuse évoquée en haut lieu, pour justifier ce maintien jusqu'à l'élection présidentielle prévue pour le 4 juillet prochain. Tout comme ceux de Noureddine Bedoui et d'Abdelkader Bensalah. Nos spécialistes du droit, ont alors mis sur la table une solution "consensuelle" et légale qui consiste en la démission du président du Conseil constitutionnel, son remplacement par une personnalité du consensus qui sera suivie par la démission du chef de l'État et son remplacement par cette personnalité.

Le président du Conseil constitutionnel est notamment chargé par la Constitution d'assurer l'intérim à la tête de l'Etat en cas de démission de M. Bensalah. Surtout que cette annonce a été suivie par le discours du chef d'état-major de l'ANP et vice- ministre de la Défense nationale qui laisse la porte ouverte à toute perspective pour sortir le pays de la crise.

Dernières nouvelles