La consommation d’alcool stagne en France

Près d’un quart des Français soit environ 10,5 millions d’adultes boivent trop d’alcool

Près d’un quart des Français soit environ 10,5 millions d’adultes boivent trop d’alcool

Il invite donc le gouvernement à revenir aux "principes initiaux" de cette loi.

L'académie de médecine pointe clairement la responsabilité du lobby alcoolier.

C'est la première fois, depuis la seconde guerre mondiale, que la consommation d'alcool ne baisse plus. L'Académie de médecine tire donc la sonnette d'alarme.

Selon Santé Publique France, en France, 30000 hommes et 11000 femmes meurent de causes liées à l'alcool chaque année. L'exemple de l'avertissement sanitaire destiné aux femmes enceintes revient régulièrement: trop peu efficace car peu visible sur les bouteilles d'alcool, les discussions pour agrandir et contraster le pictogramme n'avancent pas. Elle recommande également de faire figurer sur les boissons alcoolisées " l'alcool est dangereux pour la santé " et non en cas d'excès, de taxer les boissons au gramme d'alcool ou d'établir un prix minimum de vente par gramme d'alcool comme c'est d'ailleurs le cas en Écosse. L'alcool est en effet la première cause de retard mental évitable chez le nouveau-né. On se souvient en effet que plusieurs ministres avaient défendu un soi-disant particularisme du vin par apport aux autres alcools, tandis que le Président de la République n'avait pas hésité à considérer que les alcooliers étaient "des acteurs de la prévention ". Au contraire, certains députés souhaitent rétablir la consommation d'alcool et sa publicité dans les stades, tandis que la filière viticole est autorisée à diffuser des dépliants scolaires aux enfants de 3-6 ans qui n'évoquent jamais les dangers de l'alcool. De l'acharnement à favoriser la consommation de vin des femmes?

Un cri du cœur qui fait écho aux ravages de la boisson.

L'Académie nationale de médecine a appelé lundi les pouvoirs publics à "prendre des mesures plus fortes" pour lutter contre les problèmes de santé publique causés par la consommation d'alcool, qui stagne en France.

L'alcool constitue la deuxième cause de mortalité évitable après le tabac, avec 41.000 décès qui lui sont attribuables chaque année en France. Qu'il est impliqué dans un tiers des décès par accidents de la route?

Dans des chiffres publiés mi-février, Santé publique France avait indiqué que la consommation des Français n'avait quasiment pas reculé depuis 10 ans, passant de 27 g à 26 g d'alcool pur par jour entre 2009 et 2015. "C'est en février 2019 que Santé Publique France annonce que la consommation française d'alcool est la même en 2017 qu'en 2013", note l'académie dans son communiqué.

Face à ces chiffres alarmants, l'Académie appelle les autorités à prendre les mesures qui s'imposent. Un message fondé sur les nouveaux repères de consommation: pas plus de 10 verres par semaine, 2 verres par jour et des jours sans consommation.

Dernières nouvelles