La chrétienne Asia Bibi a quitté le Pakistan et serait au Canada

La chrétienne pakistanaise Asia Bibi accueillie au Canada

Les partisans du parti islamiste Tehreek-e Labaik Pakistan manifestent contre l’acquittement d’Asia Bibi le 12 octobre 2018. AAMIR QURESHI AFP

Elle a été acquittée en octobre, après huit ans dans les couloirs de la mort.

La chrétienne Asia Bibi a quitté le Pakistan, six mois après qu'elle a été acquittée d'une condamnation à mort pour blasphème. "Je ne peux pas confirmer quoi que ce soit pour des raisons de vie privée et de sécurité", a pour sa part réagi le Premier ministre canadien, Justin Trudeau.

Les autorités pakistanaises ont observé un mutisme complet sur sa destination ou les conditions de son départ.

Le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt s'est félicité sur Twitter qu'Asia Bibi "semble avoir quitté le Pakistan saine et sauve".

C'est tout à la fois un calvaire qui s'achève et une porte qui s'ouvre sur l'inconnu pour Asia Bibi. "Avec des efforts concertés, de bonnes choses peuvent se produire", a-t-il poursuivi.

"C'est un grand soulagement que cette épreuve honteuse soit enfin arrivée à son terme et qu'Asia Bibi et sa famille soient en sécurité", a déclaré Omar Waraich, le directeur adjoint du programme Asie du Sud d'Amnesty International. "Elle n'aurait jamais dû être emprisonnée, et encore moins subir les menaces constantes qui pèsent sur sa vie", a-t-il ajouté, appelant à "abroger" la loi sur le blasphème au Pakistan. Auparavant, certains de ses défenseurs avaient payé de leur vie leur engagement à ses côtés, comme l'ancien gouverneur du Penjab, la région d'origine d'Asia Bibi, et le ministre fédéral des minorités religieuses, assassinés en 2011. La perspective de l'asile s'est donc imposée et plusieurs pays, dont la France et le Canada, ont d'emblée proposé d'accueillir cette ancienne ouvrière agricole, âgée de 50 ans aujourd'hui, devenue bien malgré elle " le symbole du combat pour la justice menée par toutes les minorités ", selon John Pontifex.

Cette décision avait provoqué des violences dans de nombreuses parties du Pakistan, où le blasphème est une question sensible. Elle avait été définitivement blanchie en janvier.

Depuis lors, Asia Bibi était vraisemblablement gardée en résidence surveillée, les conditions de son séjour ces derniers mois n'ayant pas été explicitées par Islamabad.

Le sort d'Asia Bibi a eu un retentissement international, attirant l'attention des papes Benoît XVI puis François. "Elle est au Canada", où elle a retrouvé ses deux filles, a assuré à l'AFP une source dans le pays, qui a requis l'anonymat.

La nouvelle était attendue par les défenseurs d'Asia Bibi, chrétienne pakistanaise, accusée de blasphème envers le Prophète, condamnée à mort en première instance et acquittée finalement en dernier recours par la Cour suprême du Pakistan.

Dernières nouvelles