Libye-Haftar écarte l'idée d'un cessez-le-feu pour le ramadan

LE DRIAN JUSTIFIE LE SOUTIEN FRANÇAIS À HAFTAR CONTRE LE TERRORISME

LE DRIAN JUSTIFIE LE SOUTIEN FRANÇAIS À HAFTAR CONTRE LE TERRORISME

On rappelle que l'offensive lancée le 4 avril dernier par l'Armée nationale libyenne dirigée par le maréchal Haftar, basée à l'Est du pays, a coïncidé avec la visite du Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en Libye pour promouvoir la tenue d'une conférence nationale inclusive, qui était prévue du 14 au 16 avril dernier et visant à susciter un consensus entre les Libyens sur un calendrier électoral pour mettre fin à la transition politique.

Rappelons que Sebha, situé à 650 km au sud de Tripoli, est contrôlée par l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar, qui s'est emparée sans combats de la ville après avoir obtenu le ralliement de tribus locales.

La Libye a de nouveau basculé dans une spirale de violences avec le lancement, le jeudi 4 avril 2019 dernier, par l'ANL, d'une offensive militaire sur Tripoli, siège du GNA. Ce que les autorités françaises ont toujours démenti, affirmant leur opposition à une opération militaire et leur attachement à " un processus politique sous l'égide de l'ONU ".

Les affrontements ont fait à ce jour 400 morts, 2 000 blessés et plus de 50 000 déplacés.

La rencontre du président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale, mardi soir, à Berlin, avec la chancelière Angela Merkel, s'est déroulée en présence de plusieurs responsables du gouvernement allemand et de la délégation accompagnant M. Al-Sarraj.

Cette annonce intervient quelques heures après un appel de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (Manul) à "une trêve humanitaire d'une semaine renouvelable", à l'occasion du début du ramadan.

"Dans le cas du retrait de l'ennemi, il faut que les forces le pourchassent avec force et rapidité, qu'elles ne lui permettent pas de s'enfuir et l'anéantissent", a-t-il affirmé dans son message.

Lors de leur deuxième réunion dimanche, ils ont nommé un président "provisoire" du Parlement, leur doyen Sadeq al-Keheli, "pour une durée de 45 jours".

La communauté internationale reconnaît le Parlement basé dans l'est, issu des élection de 2014, mais pas le gouvernement d'Abdallah al-Theni, qui en est issu et qui est également basé dans la région orientale.

Dernières nouvelles