Mark Zuckerberg va rencontrer Emmanuel Macron pour lutter contre les contenus haineux

Secret Crush s’inspire de Tinder

Secret Crush s’inspire de Tinder

Le nouveau lofo de Facebook a été présenté à la conférence F8 le 30 aveil 2019. Et ce n'est pas n'importe qui qui s'est élevé contre le réseau social de Mark Zuckerberg, puisqu'il s'agit de Chris Hughes, l'un des cofondateurs de Facebook qui, dans une tribune publié dans le New York Times a lancé l'idée de démanteler le groupe pour séparer Facebook d'Instagram et WhatsApp.

Ce texte est accompagné d'une photo où l'on peut distinguer les deux hommes, visages juvéniles, sur le campus de l'Université de Harvard en 2004, l'année du lancement de Facebook. "Il a mis en cause son actuel PDG Mark Zuckerberg, accusé selon lui d'avoir sacrifié la protection de la vie privée au profit du " clic ". "C'est exactement ce à quoi a appelé Mark Zuckerberg", a-t-il ajouté, précisant que ce dernier rencontrait des responsables politiques cette semaine. Une opération juteuse qui permet d'enregistrer jusqu'à 2,7 milliards d'utilisateurs tous les mois et de générer un bénéfice de 2,43 milliards de dollars au cours du premier trimestre.

Pour Chris Hughes, Facebook est devenu un monopole, qu'il convient de démanteler "dans un délai court": régulateurs et élus doivent se saisir urgemment de ce dossier avec, le cas échéant, la menace d'un procès anti-monopole devant les tribunaux.

Mais il est empêtré dans une série de scandales autour des contenus motivés par la haine ou trompeurs qui circulent sur son réseau mais aussi autour de l'utilisation indue de données privées de ses abonnés. Facebook a d'ores et déjà annoncé s'attendre à un redressement de trois milliards de dollars, voire davantage.

Le co-fondateur de Facebook a ensuite exhorté la Federal Trade Commission (FTC), en coordination avec le ministère de la Justice, à appliquer les lois lois antitrust pour faire annuler l'acquisition par Facebook d'Instagram et de WhatsApp tout en lui interdisant toute future acquisition. Ces applications pourraient potentiellement être chacune cotée en Bourse, ajoute-t-il. Facebook lui-même s'était retrouvé sur la sellette après la tuerie en mars dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, perpétrée par un suprémaciste blanc. "Mais c'est son humanité même qui rend son pouvoir, hors de contrôle, si problématique", écrit aujourd'hui Chris Hughes de son ancien condisciple.

" Mark est le seul à décider de la manière de configurer les algorithmes de Facebook pour déterminer ce que les personnes voient sur leur fil d'actualité, quels paramètres de confidentialité elles peuvent utiliser et aussi quels messages sont livrés".

" Je suis en colère du fait que la priorité qu'il a accordée à la croissance l'a amené à négliger la sécurité et la civilité pour la course aux clics ", indique Chris Hughes.

Dernières nouvelles