Glyphosate et cancer: polémique après les déclarations d'un sénateur

José Bové député européen: On peut aussi dire qu'il pleut quand il fait beau

José Bové député européen: On peut aussi dire qu'il pleut quand il fait beau

Et pour cause: le sénateur est en effet l'un des coauteurs du rapport d'information parlementaire sur le glyphosate et le rôle des agences sanitaires, mené par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST). "Je ne vois aucune raison pour laquelle nous prendrions notre part de l'hystérie collective suscitée par une molécule dont on affirme qu'elle est cancérogène alors qu'en réalité, elle ne l'est pas", explique avant sa publication Pierre Médevielle, sénateur centriste de Haute-Garonne et vice-président de l'OPECST.

Le glyphosate est notamment le principe actif du RoundUp.

La Dépêche précise que ces conclusions vont dans le sens d'une récente prise de position de l'agence américaine de protection de l'environnement.

Le glyphosate est-il cancérigène? "L'EPA continue de constater qu'il n'y a pas de risques pour la santé publique lorsque le glyphosate est utilisé dans le respect des normes et que le glyphosate n'est pas cancérigène", écrit l'agence dans un communiqué. Le septuagénaire californien estime que son utilisation régulière du désherbant Roundup de Monsanto pendant près de trente ans est responsable de son lymphome non-hodgkinien. Mais il juge aussi que l'Office n'a pas à trancher dans la controverse scientifique entre l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui classe le glyphosate comme cancérigène probable, et l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) qui dit le contraire. "Je trouve cela un peu léger ".

"Le Centre international de recherche sur le cancer de Lyon l'a classé cancérogène probable en s'appuyant sur une étude farfelue qui a été retirée depuis d'ailleurs ", rapporte Pierre Médevielle dans 20 minutes. De son côté, le député européen Europe Ecologie les verts, José Bové, évoque auprès de La Dépêche du Midi un "révisionnisme environnemental" venu des États-Unis: "Quand certaines personnes affirment que le glyphosate n'est pas dangereux, c'est comme celles qui prétendent que le réchauffement climatique est un fantasme".

Dernières nouvelles