La Chine réplique à Trump: escalade de la guerre commerciale

Donald Trump président des états-Unis

Donald Trump président des états-Unis

Les nouveaux droits, qui s'appliqueront le 1er juin, concerneront quelque 5.140 produits américains et s'échelonneront de 5% à 25%, a précisé le ministère des Finances dans un communiqué. Cette décision fait suite à l'entrée en vigueur, vendredi, de taxes punitives sur l'équivalent de 200 milliards de produits chinois décidées par le président américain Donald Trump. Le conflit commercial a pour point de départ la volonté de la Maison-Blanche de réduire le déficit commercial des États-Unis avec la Chine - il s'élevait à 378 milliards de dollars en 2018 -, mais aussi la fin des transferts forcés de technologies pour les entreprises américaines implantées en Chine, la protection de la propriété intellectuelle, ou encore la fin des subventions allouées aux entreprises d'État chinoises.

Le gouvernement chinois avait prévenu qu'il répliquerait aux nouveaux tarifs douaniers américains, mais n'avait pas encore détaillé jusqu'ici les mesures qu'il entendait prendre.

Cette annonce marque donc une nouvelle dégradation des relations commerciales sino-américaines.

Les regards sont désormais tournés vers Donald Trump, qui s'était montré particulièrement menaçant lundi peu avant le relèvement des droits de douane décidés par Pékin: "La Chine ne devrait pas répliquer - ça ne ferait qu'empirer les choses!", avait twitté le président américain.

Il n'y a "aucune raison que le consommateur américain finance les droits de douane, qui entrent en vigueur aujourd'hui (.). La Chine ne doit pas riposter, cela ne ferait qu'aggraver les choses!", a-t-il écrit.

" La Chine va gravement souffrir si (elle) ne conclut pas un accord parce que les entreprises seront forcées de quitter la Chine pour d'autres pays".

De nouvelles négociations visant à mettre un terme à la guerre commerciale bilatérale se sont achevées la semaine dernière à Washington sans accord.

Donald Trump et Xi Jinping lors de leur rencontre à Beijing, en China, le 9 novembre 2017.

"La Chine ne cédera pas aux pressions extérieures".

Une procédure a par ailleurs été amorcée ce lundi aux Etats-Unis, ouvrant potentiellement la voie à l'imposition des tarifs douaniers sur les quelque 300 milliards de dollars d'importations chinoises restantes.

Depuis l'échec des négociations à Washington en fin de semaine dernière et la décision américaine de rehausser les taxes, les médias officiels chinois font passer le message que la Chine reste ouverte aux négociations, tout en jurant de préserver les intérêts et la dignité du pays.

La Chine refuse "d'avaler des couleuvres", dixit "Le Quotidien du Peuple"

"A aucun moment la Chine ne renoncera à être respectée, et personne ne doit attendre d'elle qu'elle avale des couleuvres et néglige ainsi ses intérêts fondamentaux", écrit ainsi le Quotidien du Peuple, l'organe du comité central du Parti communiste au pouvoir."

L'annonce des mesures de rétorsion de la Chine a provoqué un nouveau regain d'aversion au risque sur les marchés financiers. Les investisseurs s'inquiètent de l'impact de ces tensions commerciales sur la croissance tandis qu'elle se trouve déjà en phase de ralentissement.

Dernières nouvelles