Apple : l’App Store peut être accusé de monopole selon la Cour Suprême

Apple tire 20 % de ses revenus des services dont les commissions de l'App Store sont l'élément

Apple tire 20 % de ses revenus des services dont les commissions de l'App Store sont l'élément

"Apple prélève en moyenne 30 % du prix de chaque application qu'elle vend, et 15 % sur les abonnements vendus via l'App Store après la première année", précise le journal. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition.

La décision prise par la Cour Suprême des Etats-Unis pourrait avoir des conséquences majeures pour Apple et par ricochet d'autres acteurs de l'industrie. À ce moment-là, les juges ont conclu qu'un entrepreneur de briques ne pouvait pas poursuivre un fabricant de briques d'une entreprise de construction qui utilisait ses briques sur un chantier de construction. L'entreprise a d'ailleurs défendu son droit de prélever des commissions sur les applications en soulignant qu'elle "a créé l'App Store et emploie du personnel pour évaluer 100 000 propositions hebdomadaires et vérifier leur conformité avec sa politique de contenus et de confidentialité".

Selon le patron d'Apple, Tim Cook, l'App store a passé le cap des 170 milliards de téléchargement en 2018.

Leurs quatre collègues conservateurs ont jugé dans une "opinion dissidente" que cette décision créait un précédent "facilement manipulable" et faisait courir le risque qu'Apple soit poursuivi à la fois par des consommateurs et par des développeurs. Selon le service de streaming, les 30% forcent une augmentation artificielle du prix de l'abonnement et rendent difficile la concurrence avec le service de streaming Apple Music. Les propriétaires d'iPhone ne sont pas les consommateurs derrière une chaîne de distribution verticale qui essaie de poursuivre les fabricants au sommet de la chaîne.

Apple s'était servie de cet ancien jugement de la Cour suprême pour faire valoir que les clients de l'App Store ne lui achètent pas directement les logiciels.

Lier Apple Pay aux achats iTunes et App Store est un changement attendu depuis longtemps, mais d'autres facteurs peuvent également être impliqués. "Nous sommes fiers d'avoir créé la plate-forme la plus sécurisée et la plus fiable pour les consommateurs et une excellente opportunité pour tous les développeurs du monde entier", a déclaré la société. La grande majorité des applications de l'App Store sont gratuites et Apple n'en reçoit aucune.

"Les ventes via l'App Store représentent 35 % des ventes de services d'Apple", rappelle le Wall Street Journal.

Dernières nouvelles