Entre Merkel et Macron, le mal est profond

Allemagne: Angela Merkel reconnaît avoir une «relation conflictuelle» avec Macron

Angela Merkel avoue des "confrontations" avec Macron, Macron parle de "confrontation féconde"

Dans une interview à la presse allemande ce matin, la chancelière Angela Merkel reconnait avoir des confrontations avec le président Emmanuel Macron, évoquant des "différences de mentalités" dans leur "compréhension des rôles".

Une relation faite de hauts, de bas et de compromis.

La France doit "jouer la carte de l'Allemagne", sinon "les choses se passeront mal pour l'Europe", a estimé jeudi le député LR Eric Woerth au lendemain d'une interview d'Angela Merkel évoquant des "confrontations" avec Emmanuel Macron.

Les divergences se sont effectivement multipliées ces derniers mois, sur des sujets allant du gel des ventes d'armes à l'Arabie saoudite décidé par l'Allemagne après l'assassinat et le démembrement du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, au devenir de l'Union européenne, en passant par le Brexit et les reports accordés au Royaume-Uni sur ce sujet.

Niant catégoriquement que le couple franco-allemand ait pris un virage négatif, la chancelière fédérale admet cependant que les agendas de Paris et de Berlin ont pu être parfois "désynchronisés". "Lorsqu'il (Emmanuel Macron) a prononcé son discours à la Sorbonne (en septembre 2017-NDLR), nous sortions à peine de nos élections législatives en Allemagne".

De son côté, l'ancienne ministre des Affaires européennes a souligné: " Nous faisons ensemble un avion de combat, un char de combat nous nous sommes mis d'accord pour un budget de la zone euro, l'Allemagne vient de rejoindre l'initiative lancée par le président de la République sur le climat.

Angela Merkel met aussi l'accent sur les différences politiques entre les deux pays: "Je suis la chancelière d'un gouvernement de coalition et je suis beaucoup plus dépendante du Parlement que le président français, qui n'a pas du tout le droit d'entrer à l'Assemblée nationale", au nom de la séparation des pouvoirs exécutif et législatif.

Les deux dirigeants avaient également signé en janvier le traité d'Aix-la-Chapelle sur la coopération et l'intégration franco-allemandes. " C'est comme ça que nous avons avancé sur beaucoup de choses et que nous continuerons à le faire avec le même esprit de construction et d'avenir qui nous anime la chancelière Merkel et moi-même ".

Chez les conservateurs allemands à la CDU, on parle désormais ouvertement de "rendez-vous raté" entre Merkel et Macron.

Des reproches lui avaient été adressés, y compris dans son propre camp conservateur, de ne pas avoir saisi les propositions d'Emmanuel Macron.

" Je ne veux croire ni à la confrontation stérile ni à l'entente stérile, je crois à la confrontation féconde". " On travaille ensemble en permanence, nous trouvons des compromis, on essaye de les bâtir, mais il y a de la discussion ". "Nous devons accepter des désaccords momentanés, de ne pas totalement être d'accord sur tout, pour construire un compromis avec l'Allemagne pour pouvoir avancer", a fait valoir le président français.

Dernières nouvelles