Alerte sur la silice cristalline, un cancérogène menaçant de nombreux travailleurs

La silice cristalline ce cancérogène auquel sont exposés des milliers de travailleurs en France

Alerte sur la silice cristalline, un cancérogène menaçant de nombreux travailleurs

La silice cristalline, c'est un minéral présent dans la croûte terrestre.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) estime que l'exposition des travailleurs à la silice cristalline représente "un risque sanitaire particulièrement élevé". On le rencontre plus particulièrement sur la forme de quartz.

Enfin, la litière de chat, qui contient parfois des granulés avec de la silice cristalline, est "sans conséquence pour la santé", affirme l'Anses: les tests menés n'ont montré que des niveaux "très faibles d'émission de poussières".

On utilise la silice industrielle ainsi que les matières minérales et matériaux contenant de la silice sont utilisés en tant que matière première, additif, ou auxiliaire technologique dans la verrerie, la chimie, la fonderie, les caoutchoucs, les peintures, ou encore les parements funéraires.

Or, la silice cristalline est "classée cancérogène depuis 1997 par l'OMS et vient de l'être au niveau européen", explique Guillaume Boulanger. Si le lien causal est aujourd'hui bien établi avec la silicose, l'expertise souligne l'intérêt de réviser la définition actuelle de la maladie sur le plan médical, en incluant les formes précoces.

Outre la silicose et le cancer broncho-pulmonaire, "une association significative entre une exposition à la silice cristalline et le risque de développer une maladie auto-immune comme la sclérodermie systémique, le lupus érythémateux systémique et la polyarthrite rhumatoïde " a été soulevée par l'expertise de l'Anses.

"Sans compter qu'" une association a été observée dans les études [avec] le risque de pathologie rénale ou d'une pneumopathie infiltrante diffuse de type fibrose pulmonaire idiopathique", poursuit l'Anses. "L'Agence émet donc une série de recommandations afin d'accentuer la prévention des expositions, réviser la VLEP, faire évoluer la surveillance médicale, et engager la révision des tableaux des maladies professionnelles existants." .

En termes de prévention, l'Anses rappelle en premier lieu la nécessité d'appliquer les mesures de prévention définies par la directive 2004/37/CE concernant la protection des travailleurs contre les risques liés à l'exposition à des agents cancérogènes ou mutagènes au travail.

Il faut également ajouter à cette liste de maladies induites par cette exposition professionnelles, " la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), l'emphysème et la tuberculose".

Dernières nouvelles