" "Le " trouble du jeu vidéo " est une maladie, selon l'OMS

Le trouble du jeu-vidéo reconnu et adopté officiellement par l'OMS

L'OMS reconnaît officiellement le trouble du jeu vidéo comme une maladie

L'année dernière, l'OMS envisageait de classer les "troubles du jeu vidéo " (l'addiction au jeu) au sein de sa liste des pathologies officiellement reconnues.

Admettre que la pratique excessive du jeu vidéo puisse être officiellement reconnue comme un trouble par le monde médical n'est évidemment pas une bonne publicité pour les associations, lesquelles préfèrent rappeler que l'industrie des loisirs numériques "participe également aux avancées réalisées par la recherche dans de nombreux domaines comme la santé mentale, la maladie d'Alzheimer, les cancers, l'accessibilité et les parcours professionnels dans les secteurs des sciences, des technologies, de l'ingénierie et des mathématiques". Elle entrera en vigueur chez les états membres le 1er janvier 2022.

Plusieurs acteurs se sont opposés au fait que le trouble du jeu vidéo soit défini comme une maladie par l'OMS, dont plusieurs groupes commerciaux ayant évoqué des études contradictoires avaient été effectués sur le sujet.

Le trouble du jeu est décrit pas l'OMS comme "un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques, qui se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d'autres centres d'intérêt et activités quotidiennes, et par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables ".

"La CIM sert de base pour établir les tendances et les statistiques sanitaires, partout dans le monde, et contient environ 55 000 codes uniques pour les traumatismes, les maladies et les causes de décès". Le type de comportement est suffisamment grave pour entraîner une altération significative du fonctionnement personnel, familial, social, éducatif, professionnel ou autre. Le comportement autour du jeu-vidéo peut être continu ou épisodique et récurrent. À cette époque, l'ESA (Entertainment Software Association) avait déjà réagi en indiquant en mentionnant la reconnaissance du trouble du jeu vidéo par l'OMS, ajoutant que " son inclusion reste hautement contestée et peu concluante ". "Néanmoins, tout joueur doit être attentif au temps passé sur les jeux, en particulier si ses activités quotidiennes en pâtissent, ainsi qu'à tout changement physique ou psychologique, sur le plan social et celui de sa santé, qui pourrait être attribué à un comportement de jeu ". Certains opposants avancent même les effets bénéfiques des jeux vidéo pour le traitement de certaines maladies.

Dernières nouvelles