Déclaration d'impôts 2019 : Bercy donne un sursis de 48 heures

Selon un décompte du site

Selon un décompte du site

Face à cet épineux problème, le gouvernement a ainsi pris la décision de laisser 48 heures de plus aux contribuables pour réaliser leur déclaration de revenus.

" Devant l'afflux trop important de connexions de derniers moments, Impots.gouv.fr connaît quelques difficultés". Pour lui, plusieurs raisons expliquent ces connexions aussi tardives, dont le " long week-end ensoleillé", " l'augmentation du nombre de gens qui télédéclarent ", mais aussi " sans doute à un peu de procrastination ". En effet, le site web des impôts a interprété ces requêtes comme une attaque informatique, là où les quatre millions de contribuables concernés souhaitaient simplement déclarer leurs impôts.

Ce mardi matin, à 8h20, la fonctionnalité des déclarations en ligne était de nouveau accessible. La nouvelle date limite pour déclarer ses impôts est fixée à jeudi 6 juin 2019 à minuit.

"Il y a forcément un petit problème informatique que l'on va réussir à résoudre" a assuré Gérald Darmanin, indiquant que le bug sur la plateforme en ligne était "d'origine informatique" et lié également "à la portabilité du site".

Jusqu'ici, ce mardi, minuit, constituait l'échéance de déclaration des revenus en ligne pour les résidents des départements du n°50 (Manche) à ceux des outre-mer, comprenant donc le Morbihan. "Nos équipes ont travaillé toute la nuit, le service est aujourd'hui parfaitement rétabli", a déclaré Maryvonne Le Brignonen, responsable du prélèvement à la source à la Direction générale des finances publiques (Dgfip).

La déclaration " papier " classique, désormais minoritaire, est, elle, censée avoir été envoyée avant le 16 mai. "C'est d'autant plus vrai que l'année prochaine, nous allons mettre fin à une partie de la déclaration d'impôts, puisque grâce à l'impôt à la source, 11 millions de nos compatriotes, 11 millions de foyers fiscaux, n'auront plus à remplir de déclarations d'impôts", a ajouté ce dernier.

Les contribuables dont la résidence principale n'est pas connectée à Internet ou qui sont dans l'incapacité d'effectuer cette démarche pouvaient notamment continuer à utiliser le papier, en signalant leur situation à l'administration.

Dernières nouvelles