Guerre commerciale: La contre-offensive de la Chine

Le porte-parole du ministère du Commerce chinois Gao Feng à Pékin le 5 juillet 2018

Le porte-parole du ministère du Commerce chinois Gao Feng à Pékin le 5 juillet 2018

La Chine est passée à la contre-offensive dans sa guerre commerciale avec les Etats-Unis.

Au sujet de l'affaire Huawei, il a affirmé que cette dernière n'est pas une entreprise militaire bien que son fondateur Ren Zhengfei a fait auparavant une carrière dans l'armée.

L'escalade du conflit entre la première et la deuxième puissance économique mondiale s'est poursuivie ce dimanche.

Cette nouvelle mesure est annoncée à la veille de l'entrée en vigueur de nouveaux droits de douane punitifs en Chine sur des produits américains, près d'un an après le début des hostilités commerciales déclenchées par le président américain Donald Trump.

"Je conseille vivement aux États-Unis, une fois encore, de ne pas surestimer leur capacité à colporter des rumeurs et de ne pas sous-estimer la capacité des autres à émettre des jugements éclairés, a déclaré Geng Shuang, porte-parole du ministère". En parallèle, le général Wei Fenghe, également ministre de la Défense assurait depuis Singapour que le pays répondrait aux assauts de Washington.

Un mois après l'échec des négociations commerciales, Guo Weimin a estimé que les Etats-Unis portaient " l'entière responsabilité " de ce revers pour avoir à plusieurs reprises modifié leurs exigences.

M. Guo a dit ne pas avoir d'informations sur une possible rencontre bilatérale entre M. Trump et son homologue chinois Xi Jinping fin juin à Tokyo en marge du sommet du G20.

"Même si " la coopération est le seul choix possible " avec Washington, " la Chine ne transigera pas sur les principes fondamentaux ", ont écrit les rapporteur du " Livre blanc ", qui jugent " totalement infondées " les accusations de vol de propriété intellectuelle formulées par l'administration Trump.

La "liste des entités non fiables" évoquée par Pékin inclurait des entreprises qui violent les règles de marché et l'esprit des contrats signés, entravent l'approvisionnement des entreprises chinoises pour des motifs non commerciaux, "compromettent gravement les droits et intérêts légitimes" des sociétés chinoises et mettent en cause la sécurité nationale de la République populaire, a précisé le ministère. "Huawei n'est pas une entreprise militaire. S'ils veulent l'affrontement, nous sommes prêts", a déclaré le général Wei Fenghe lors d'un forum international.

Dernières nouvelles