Une enquête préliminaire ouverte sur Rachida Dati — Affaire Carlos Ghosn

Renault Nissan : l’audit interne a identifié 11 millions d’euros de dépenses suspectes de Ghosn

Carlos Ghosn est toujours en prison au Japon. ERIC PIERMONT AFP

Arrêté le 19 novembre à Tokyo, Carlos Ghosn fait l'objet de quatre inculpations par la justice japonaise: deux pour des dissimulations de revenus dans des documents boursiers et deux pour des cas différents d'abus de confiance aggravé, dont détournement présumé de fonds de Nissan.

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire a assuré mercredi qu'une plainte serait déposée par le groupe Renault, dont l'Etat détient 15%, concernant les 11 millions d'euros de dépenses suspectes engagées par son ancien PDG Carlos Ghosn.

" Ces conclusions ont confirmé des déficiences au sein de RNBV au plan de la transparence financière et des procédures de contrôle des dépenses, qui avaient déjà été relevées par les auditeurs dans leurs conclusions intermédiaires de début avril", a expliqué le conseil d'administration".

"Sur la base de ces constats, le Conseil d'administration a décidé [.] de demander aux représentants de Renault de se rapprocher de leurs homologues de Nissan dans les instances de gouvernance de RNBV en vue de la mise en œuvre des actions judiciaires disponibles aux Pays-Bas". L'ancienne garde des Sceaux Rachida Dati et le criminologue Alain Bauer sont visés par une enquête préliminaire du parquet national financier (PNF) pour " corruption ".

Filiale à 50-50 entre Renault et Nissan, RNBV était la structure créée par Carlos Ghosn pour incarner l'alliance des deux constructeurs au niveau opérationnel. Le magazine Marianne, qui a pu consulter la plainte déposée le 17 avril, souligne qu'elle fait mention de doutes sur "l'opacité de la gestion et de l'activité de RNBV", une filiale de Renault-Nissan aux Pays-Bas.

"Mes soupçons portent sur l'usage inconsidéré des fonds de Renault", a déclaré à l'AFP Me Jean-Paul Baduel.

"C'est un jeu dangereux auquel joue cet actionnaire, il y a un effet d'opportunisme au moment où Mme Dati se lance dans la campagne pour les municipales à Paris", a-t-il ajouté. Selon une source proche du constructeur français, les noms de Rachida Dati et Alain Bauer étaient cités dans les conclusions de cet audit mené par le cabinet Mazars. L'ancien conseiller informel de Nicolas Sarkozy a travaillé pour Renault-Nissan dès 2011, à l'époque où Carlos Ghosn devait notamment faire face à l'affaire des faux ingénieurs espions de Renault. Alain Bauer conseille le groupe automobile en matière de sécurité et de déontologie depuis l'affaire des "faux espions de Renault" - trois cadres accusés à tort d'espionnage pour le compte de la Chine - qui a ébranlé la direction en 2011.

Au Japon, des sources proches du dossier affirmaient depuis janvier que le dirigeant franco-libano-brésilien aurait aussi reçu une rémunération de plus de 7 millions d'euros l'an dernier de la part d'une deuxième filiale néerlandaise (NMBV) co-détenue cette fois par Nissan et l'autre allié japonais de Renault, Mitsubishi Motors.

Dernières nouvelles