Poutine dénonce des tentatives de "chasser" Huawei des marchés internationaux

Commémorations du Débarquement en Normandie

La France aurait dû inviter Poutine à l’anniversaire du Débarquement selon un sondage du Figaro AFP 2019 JEAN-FRANCOIS MONIER

Signe de la priorité décidée par Moscou, l'invité d'honneur du forum est le président chinois, Xi Jinping, qui doit s'y exprimer vendredi avec M. Poutine et le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

La Russie, dont l'économie est durement frappée par des sanctions européennes et américaines depuis 2014 en raison de la crise ukrainienne et de l'annexion de la Crimée, "est en train de se tourner réellement du marché européen vers le marché chinois", constate l'analyste russe Alexandre Gabouïev du Centre Carnegie de Moscou.

Pied de nez aux Etats-Unis qui accusent le géant chinois des télécoms d'espionnage, Huawei a signé un contrat avec le numéro un russe MTS pour développer un réseau 5G.

S'il s'agit de la première visite de Xi Jinping au forum, les présidents russe et chinois ont multiplié les entrevues récemment, la dernière remontant à seulement fin avril, alors que Moscou et Pékin marquent leurs 70 ans de relations diplomatiques. Mais dans un contexte de fortes tensions entre la Russie et les Occidentaux, les échanges commerciaux entre Moscou et Pékin ont augmenté d'un quart en 2018 pour atteindre un record à plus de 100 milliards de dollars selon le Kremlin.

Cette visite d'Etat est "un événement crucial pour nos relations bilatérales", a souligné M. Poutine, en rappelant que l'Union soviétique avait été "le premier pays à reconnaître la République populaire de Chine, au lendemain de sa proclamation" en 1949.

M. Xi a fait de grandes contributions pour promouvoir le développement en profondeur des relations Russie-Chine, a lancé une série d'initiatives importantes en matière de relations internationales, et a fait des efforts personnels pour faire progresser leur mise en œuvre, a déclaré M. Poutine, notant que la proposition de M. Xi pour l'édification conjointe de la Ceinture et la Route a attiré le soutien et la participation internationaux.

Au début de son quatrième mandat l'année dernière, il a annoncé des ambitieux "projets nationaux" de plusieurs centaines de milliards d'euros qu'il s'agit désormais de financer, malgré le climat des affaires tendu.

Vladimir Poutine a assuré jeudi que ce n'était pas "absolument pas un problème" de ne pas avoir été invité en Normandie pour le 75e anniversaire du débarquement du 6 juin 1944, assurant que la Russie n'invitait "pas tout le monde non plus" à ses cérémonies. L'arrestation et le placement en détention préventive en février de son respecté cofondateur, l'Américain Michael Calvey, et son collègue français, Philippe Delpal, a jeté un froid dans les milieux d'affaires. "Les asymétries (entre les deux pays) sont présentes dans tous les domaines mais sont particulièrement visibles dans le domaine économique", tempère un rapport publié en mai 2019 par l'Institut d'études politiques internationales ISPI à Milan. "Il n'est pas dur de voir qui a le dessus dans cette relation".

Dernières nouvelles