Un accord sur l'immigration trouvé, les tarifs douaniers suspendus — USA-Mexique

Dans une série de tweets matinaux le président milliardaire a accusé le Mexique d'abuser des Etats Unis depuis des décennies et de beaucoup prendre sans jamais rien donner en échange

Le Mexique accepte de sécuriser sa frontière, Trump pourrait ajourner ses mesures punitives

" Je suis optimiste, on va arriver à un accord", a estimé le président mexicain Andrés Manuel López Obrador, qui se rendra samedi à la frontière pour défendre " la dignité du Mexique ".

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a salué samedi l'accord sur l'immigration conclu par les Etats-Unis et le Mexique, le qualifiant de "très, très important". Cela vise à réduire drastiquement, ou à éliminer l'immigration illégale qui entre aux Etats-Unis par le Mexique.

"Nous ne pourrions être plus satisfaits de l'accord que nous avons trouvé", a commenté M. Mnuchin en marge du G20 Finances au Japon. Mexico avait annoncé jeudi le déploiement de 6000 gardes nationaux à la frontière pour dissuader Washington de les appliquer. "Le Mexique prend également des mesures décisives pour démanteler les organisations de passeurs et de trafic de personnes, ainsi que leurs réseaux financiers et de transport". Ceux-ci viennent essentiellement du Guatemala, du Honduras et du Salvador d'où ils fuient la criminalité et l'insécurité. Aujourd'hui, la frontière sud des Etats-Unis est le théâtre d'une véritable catastrophe humanitaire, les conditions de détention des migrants interpellés se dégradant à mesure que leur nombre augmente.

Le pays devrait aussi accéder à une autre exigence de Washington: tous les migrants venant faire une demande d'asile aux États-Unis seront renvoyés au Mexique en attendant qu'elle soit traitée par les tribunaux américains. Et ils ne font que transiter sur le sol mexicain. Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi que les Etats-Unis et le Mexique avaient trouvé un accord sur l'immigration et qu'il levait par conséquent sa menace d'imposer des taxes douanières à partir de lundi sur l'ensemble des produits mexicains.

L'utilisation de l'arme commerciale dans ce dossier avait inquiété les milieux d'affaires, tant les relations économiques sont étroites entre les deux pays. Selon la Chambre de commerce, la taxe de 5% aurait coûté plus de 17 milliards de dollars par an aux consommateurs américains; 87 milliards si la facture douanière grimpait à 25%.

Soucieux d'éviter l'exécution de la menace américaine, Mexico avait dépêché dès le début de la semaine une importante délégation à Washington et multiplié les gestes de bonne volonté. La veille, elles avaient stoppé environ 1 200 migrants qui venaient d'entrer au Mexique depuis le Guatemala.

Dans l'État du Chiapas, dans le sud du pays, des journalistes de l'AFP ont constaté une plus grande présence policière et militaire sur les routes empruntées par les migrants.

Plus de 144.000 migrants ont été arrêtés à la frontière sud des Etats-Unis en mai, en hausse de 32 % par rapport au mois d'avril, ont annoncé mercredi les garde-frontières américains.

Au moment de la prise de fonction de Donald Trump à la Maison-Blanche, seuls 20 000 migrants étaient arrêtés chaque mois à la frontière.

Dernières nouvelles