Des inscriptions pro-Merah taguées sur la maison de Latifa Ibn Ziaten

Des tags antisémites sur la maison de Latifa Ibn Ziaten, mère d’une victime de Merah

La maison de Latifa Ibn Ziaten recouverte de menaces de mort et de tags antisémites

"Vive Merah", "Juif bientôt mort", "C'est bientôt à toi", peut-on ainsi lire sur les photos qu'elle a partagées sur Twitter.

"Indigné par les menaces et messages de haine inscrits sur les murs du domicile de Latifa Ibn Ziaten, a réagi sur Twitter le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. J'espère que les coupables seront retrouvés et punis de leur acte haineux ". "Latifa Ibn Ziaten, mère du premier militaire assassiné par le terroriste Mohammed Merah, oeuvre sans relâche pour réconcilier la France et porter un message de paix", a encore tweeté Yannick Jadot, le leader d'Europe Écologie - les Verts.

Imad Ibn Ziaten avait été la première victime du djihadiste, qui s'en était par la suite notamment pris à une école juive. "J'espère que les coupables seront retrouvés et punis de leur acte haineux", ajoute Latifa Ibn Ziaten, qui annoncé avoir déposé plainte. La police est venue constater les faits dans la matinée dans la banlieue de Rouen (Seine-Maritime).

Interrogée par BFM TV, son avocate, Me Samia Maktouf, a expliqué que sa cliente allait déposer plainte pour " apologie du terrorisme, violation de domicile et menace de mort ".

Ces tags, c'est un peu la genèse de l'engagement de Latifa Ibn Ziaten. Après la mort de son fils, la mère de famille, aujourd'hui âgée de 59 ans, se rend aux Izards, la cité toulousaine où avait grandi Merah, pour tenter de comprendre comment il avait pu abattre sept personnes au nom de sa vision radicale de l'Islam. Une nouvelle fois, je suis prise pour cible. L'objectif est de lutter contre la radicalisation et de promouvoir le vivre ensemble.

Dernières nouvelles