Blanchiment et corruption: 7 ans de prison requis contre Patrick Balkany

Jugés depuis le 13 mai devant le tribunal correctionnel de Paris Patrick et Isabelle Balkany maire et première adjointe de cette commune cossue de l’ouest parisien encourent jusqu’à dix ans de prison pour
blanchiment habituel de fraude fiscal

Procès Balkany : 7 ans de prison ferme requis contre Patrick, 4 ans avec sursis contre Isabelle

En revanche, le maire et la première adjointe de Levallois ont toujours fermement nié être les véritables acquéreurs du riad dans la palmeraie de Marrakech, loué par leur propre fils Alexandre Balkany, poursuivi pour blanchiment de fraude fiscale.

Une peine de 4 ans de prison avec sursis et 500 000 euros d'amende ont été requis contre son épouse Isabelle Balkany. "Patrick Balkany est coupable de la plus grave atteinte à la probité publique", a déclaré le procureur Serge Roques lors de son réquisitoire.

L'accusation a été sévère pour un collaborateur de Patrick Balkany, Jean-Pierre Aubry, ancien directeur d'une société d'économie mixte de Levallois-Perret, "prête-nom jusqu'au sacrifice", jugé pour complicité: il a requis pour lui trois ans de prison dont un avec sursis. Dans une lettre lue par son avocat à l'audience, elle a de nouveau reconnu une "faute", qu'elle considère comme déjà "largement payée" par l'"opprobre" et un "acharnement" judiciaire.

" Je le dis depuis le début, et je ne me suis pas trompé, il va prendre une raclée fiscale " a-t-il indiqué, avant d'ajouter: " Quatre ans pour avoir fraudé, c'est assez incroyable en termes de jurisprudence, mais sept ans, on requiert contre cet homme, qui est l'incarnation du mal absolu, ce que parfois on ne requiert pas dans les crimes de sang !"

Une peine de 7 ans de prison ferme, avec demande d'incarcération, et dix ans d'inéligibilité ont été requis contre Patrick Balkany jugé à Paris pour "blanchiment habituel de fraude fiscale aggravée", "corruption passive" et "prise illégale d'intérêts".

Le PNF a également demandé la saisie des biens du couple, en particulier le luxueux moulin de Giverny (Eure) dont ils conservent l'usufruit.

Le PNF a requis quatre ans dont deux avec sursis et 150 000 euros d'amende contre le milliardaire saoudien, qui " a sciemment corrompu un élu de la République ". Le couple est soupçonné d'avoir dissimulé 13 millions d'euros d'avoirs au fisc entre 2007 et 2014, notamment deux villas aux Antilles et à Marrakech.

Dernières nouvelles