Commerce: Trump dénonce l'attitude de Pékin, lance un ultimatum à Xi

Commerce Trump dénonce l'attitude de Pékin lance un ultimatum à Xi

AFP Archives Fred DUFOUR

Le président américain Donald Trump a indiqué mercredi avoir "le sentiment" qu'il y aura un accord commercial avec la Chine.

Lors d'un point de presse mardi, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, s'est de nouveau refusé à confirmer une rencontre bilatérale, ajoutant que l'information serait dévoilée dès que son ministère en serait informé.

" La Chine ne veut pas d'une guerre commerciale, mais ne craint pas une guerre commerciale ", a-t-il déclaré. D'autant plus, selon lui, qu'ils sont " ouverts à des négociations sur une base équitable ", mais " si les Etats-Unis ne veulent qu'une escalade des tensions commerciales, nous répondrons avec détermination et nous nous battrons jusqu'au bout ".

Trump a indiqué qu'il s'attendait à ce que M. Xi soit présent.

Le chef de la Maison blanche avait aussi menacé de frapper les importations du Mexique, autre grand partenaire commercial des Etats-Unis, pour obtenir de celui-ci qu'il s'engage à prendre des "mesures fortes" contre l'immigration clandestine.

Il a une fois de plus souligné que des sociétés quittent la Chine pour établir leur activité en dehors du joug des tarifs douaniers, y compris aux USA. "Mais je suis très content de l'accord que j'ai conclu ".

"La Chine fait pareil, sauf qu'elle dévalue sa monnaie et subventionne les entreprises pour amoindrir l'effet des droits de 25%".

Même si les solides chiffres des exportations chinoises publiés la nuit dernière contredisent l'impact des tarifs douaniers, Donald Trump semble donc toujours convaincu que le maintien de la pression tarifaire sur la Chine débouchera sur une solution.

Alors que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine se poursuit, M. Trump a affirmé qu'il continuerait à augmenter les droits de douane sur les produits chinois. Si aucun accord n'est conclu, il y a "encore 60% et cela sera taxé", a-t-il prévenu.

Il a ainsi déclaré: "Ils doivent commencer à représenter les États-Unis, et non seulement les entreprises membres de la Chambre de commerce américaine".

Dernières nouvelles