Politique générale. Ce qu’il faut retenir du discours de Philippe

PHILIPPE MONTE AU FRONT AVANT DES RÉFORMES DÉLICATES

PHILIPPE MONTE AU FRONT AVANT DES RÉFORMES DÉLICATES

Impôts. le Premier ministre a confirmé une baisse sur les deux premières tranches de l'impôt sur le revenu: 350 euros en moyenne pour la première, 180 en moyenne pour la seconde, soit une baisse totale de 27 milliards sur l'ensemble du quinquennat.

Mesures post-Gilets jaunes, réformes de l'assurance-chômage, réforme des retraites ou encore de la dépendance, projet de loi bioéthique, réforme des institutions ou encore de l'administration, nouveaux engagements écologiques: le discours d'Édouard Philippe doit détailler les principaux chantiers.

Il a toutefois donné des pistes, visant certaines niches fiscales et sociales jugées "anti-écologiques", ou celles "concentrées sur les très grandes entreprises" ou encore celles qui "réduisent les droits sociaux des salariés, comme la déduction forfaitaire spécifique".

Fermeture programmée de la centrale nucléaire de Fessenheim et des quatre dernières centrales à charbon de France, objectif de réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité à l'horizon 2035: Edouard Philippe a égrené des mesures en faveur de l'environnement déjà annoncées mais pas encore mises en oeuvre. Eurodéputé macroniste nouvellement élu, l'écologiste Pascal Canfin a appelé à des annonces en matière de rénovation énergétique des logements. Il propose également que des dispositions soient prises pour interdire " progressivement les boîtes en plastique qui ne sont pas composées de plastique recyclé ".

"Nous devons lutter contre le plastique jetable, et privilégier le recyclage et les produits consignés", a déclaré le Premier ministre.

Dans un registre proche, le gouvernement souhaite rendre le "nutriscore" obligatoire sur les emballages alimentaires mais, pour ce faire, il faudra convaincre la Commission européenne.

Ce dispositif concernera "les cinq à dix secteurs d'activité qui utilisent le plus ces contrats et qui génèrent de la précarité", a précisé Edouard Philippe. Lesquels attendront 2020? Sur la PMA, "il faut prendre cet engagement fort et il faut le prendre dès cette année", réclame Aurélien Taché, l'un des chefs de file de l'aile gauche de LREM.

L'exécutif entend également "mettre fin" aux situations où "le montant de l'allocation mensuelle du chômage est supérieur au salaire mensuel moyen perçu", a fait savoir Edouard Philippe. Retour sur les détails de la feuille de route du Premier ministre. Le principe est simple: un euro cotisé ouvrira les mêmes droits pour tous.

La future réforme des retraites maintiendra "la possibilité d'un départ à 62 ans" mais l'exécutif définira "un âge d'équilibre" afin de pousser les Français à "travailler plus longtemps". "Le nouveau mode de calcul de la retraite signifie aussi la fin des régimes spéciaux", a-t-il prévenu.

Initialement censé arriver au Parlement fin 2018, le projet de loi bioéthique, qui prévoit l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, sera adopté en conseil des ministres "fin juillet" avant d'être débattu au Parlement "dès la fin septembre" avant la discussion budgétaire. Un discours qui résonne sur ce point en tout cas, comme une forme de mea culpa.

L'aile gauche de la majorité présidentielle avait mis en garde ces dernières semaines l'exécutif contre un possible nouveau report de ce texte, véritable marqueur de gauche, après les élections municipales de 2020.

Dernières nouvelles