Quand Mark Zuckerberg loue Spectre et le contrôle de données volées — Deepfake

Cette nouvelle fonctionnalité de Facebook qui pourrait vous jouer de bien mauvais tours

Vidéo Isopix

"Imaginez un homme qui contrôle les données volées de milliards d'individus, qui contrôle tous leurs secrets, leur vie et leur futur". Il a ensuite continué: "Je dois tout cela à Spectre. Spectre m'a montré que celui qui contrôle les données, contrôle le futur".

"Nous voulions créer une intervention artistique sur internet pour jeter la lumière sur Mark Zuckerberg et explorer la manière dont les données sont utilisées de manières inattendues par des compagnies opaques", a-t-il ajouté. Leur but: tester la réaction du géant des réseaux sociaux face à cet exemple de désinformation manifeste, explique le site Vice, premier média à l'avoir repérée, mardi 11 juin. De la même façon, la thématique de la vidéo concerne toutes les polémiques dans lesquelles Facebook se retrouve régulièrement embourbé depuis le scandale de Cambridge Analytica. Si les vérificateurs d'information externes la désignent comme fausse, elle n'apparaîtra pas dans les recommandations, a réagi Instagram, filiale de Facebook, dans un courriel à l'Agence France-Presse. Le réseau social se refuse donc à faire disparaître une "fake news", dépeignant le patron du groupe en disciple d'un méchant de cinéma, se contentant de ne plus la mettre en avant auprès de ses utilisateurs.

Étonnant? En fait, Facebook a été pris à son propre piège par les deux artistes. Neil Potts, l'un des directeurs de Facebook, avait même assuré à l'époque qu'il aurait laissé la vidéo en ligne si au lieu de Nancy Pelosi, elle avait tourné en ridicule...

"L'enjeu, c'est de s'interroger sur le respect de la vie privée et la surveillance de nos données", a déclaré à l'AFP Bill Posters, qui réclame que son vrai nom ne soit pas dévoilé afin de préserver son anonymat.

En l'occurrence, les deux artistes ne cherchent pas à tromper les internautes, les vidéos étant accompagnées du mot-clef #deepfake, mais elles mettent en lumière ce type de vidéos truquées, que les avancées de l'intelligence artificielle rendent de plus en plus réalistes et faciles à réaliser, ouvrant la porte à des actions de manipulation d'une redoutable efficacité.

La vidéo fait partie d'une série de vidéos détournant l'image de personnalités. Une démonstration probante par le passé avait notamment été faite par BuzzFeed avec un " faux " Barack Obama insultant Donald Trump.

Leur collaboration avec Bill Posters et Daniel Howe ne s'est, en outre, pas limitée à créer un Mark Zuckerberg machiavélique.

Dernières nouvelles