Trump veut taxer le vin français

Donald Trump avait déjà évoqué cette idée en novembre dernier sur Twitter

Donald Trump avait déjà évoqué cette idée en novembre dernier sur Twitter. AFP Loïc Venance

Depuis hier, plusieurs de nos confrères relaient les propos de Donald Trump sur la concurrence déloyale entre les vins français et étasuniens.

L'on donne raison au Président américain concrètement parce que par exemple pour ce qui est d'une bouteille de vin blanc, lorsqu'elle se trouve en situation d'exportation vers les États-Unis, elle connaît une taxation de l'ordre de 0,04 centimes d'euros.

"La France taxe beaucoup le vin et nous taxons encore peu le vin français". Ce n'est pas juste. Ce n'est pas juste, faut que ça change!

Dans une interview, le président des Etats-Unis s'en est de nouveau pris aux vins français.

Les exportations de Merlot et de champagne pourraient diminuer après que le président Trump a laissé entendre qu'il pourrait augmenter les tarifs sur les vins français.

Donald Trump n'a de cesse de dénoncer les déséquilibres des échanges commerciaux des Etats-Unis avec leurs partenaires.

Les déclarations de M. Trump interviennent précisément au moment où les Etats-Unis et l'Union européenne doivent engager des négociations formelles pour trouver un accord commercial. Ceci dit, il existe un déséquilibre dans les tarifs douaniers.

L'accès des vins américains au marché de l'Union européenne "se fait dans les mêmes conditions" que pour les vins de la plupart des pays fournisseurs comme l'Australie ou l'Argentine, conformément aux règles de l'OMC, souligne par ailleurs la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS). La France a vendu aux États-Unis en 2018 pour 1,7 milliard d'euros de vins quand les ventes de vins produits aux États-Unis n'ont représenté en France la même année que 85 millions d'euros. Les taux appliqués vont de 5,3 à 14,9 cents par bouteille outre-Atlantique, en fonction de la provenance du vin et de sa teneur en alcool, selon les chiffres de la Commission américaine du commerce international cités par Le Figaro. Les Etats-Unis reconnaissent ainsi les marques déposées mais pas les appellations d'origine - un système souvent jugé trop compliqué par les consommateurs -, ce qui constitue un frein pour les produits français.

Alors que la part des vins du Languedoc-Roussillon dans les exportations approchent des 30 %, la part des Etats-Unis est en progression sur les vins des pays d'Oc (+7 %) ainsi que sur les AOC du Languedoc grâce au succès du rosé, où 3 % des volumes en plus rapportent 11 % de valeur supplémentaire.

Gros coup dur en perspective pour l'économie française?

Dernières nouvelles