143 substances nocives autorisées en cosmétique

Substances toxiques dans les cosmétiques: l’UFC-Que Choisir publie un guide pour faire le tri

Cosmétiques toxiques ou sains : un guide pratique pour faire le tri dans la salle de bain

Déjà à l'origine de l'application QuelCosmetic, l'UFC-Que Choisir a sélectionné 171 produits parmi les 170.000 références (dentifrices, shampooing, déodorants, crèmes hydratantes, après-rasages...). Les résultats de cette analyse sont présentés de manière facilement utilisable selon le profil du consommateur (bébé, femme enceinte, enfant ou adulte) et le type d'utilisation.

Un produit cosmétique sur trois contient des perturbateurs endocriniens, des substances toxiques irritantes ou fortement allergisantes. L'UFC-Que choisir assure que beaucoup moins de produits pourraient ne plus contenir de produits dangereux si les procédures européennes s'accélèrent et si le lobbying des industriels est moins écouté. Du dioxyde de titane dans près de 7.000 produits cosmétiques Sur la base de nouvelles études alarmantes, l'Anses a confirmé en avril dernier la pertinence de l'interdiction du dioxyde de titane dans les produits alimentaires, votée par les parlementaires français. Les analyses réalisées prouvent que les fabricants savent parfaitement se passer de ces composants nocifs. L'association plébiscite ainsi le Shampooing Labell 2 en 1 abricot pour les enfants de la marque Intermarché, qui est à acheter " les yeux fermés", tout comme la mousse Pro-tech system haute précision de Mennen. Pour hydrater la peau, si à la crème Hydreane légère de la Roche Posay est indemne de toute substance à risque, on évitera la crème légère pour peaux grasses Eau précieuse matifiante purifiante qui cumule pas moins de 3 perturbateurs endocriniens avérés ou suspectés.

L'UFC-Que Choisir dénonce dans un dossier les produits de beauté mauvais pour notre santé et nous livre un petit guide afin de choisir en toute tranquillité ceux qui atterriront dans notre salle de bains.

Dernières nouvelles