Lyon : des enseignants font la grève du bac

Melun ce samedi. Une quarantaine d’enseignants se sont rassemblés place Saint-Jean avant d’aller tracter sur le marché. LP  Marie-Charlotte Dutheil

Melun ce samedi. Une quarantaine d’enseignants se sont rassemblés place Saint-Jean avant d’aller tracter sur le marché. LP Marie-Charlotte Dutheil

L'après-midi dans les centres d'examen est consacrée à l'épreuve anticipée de français pour les élèves de première en bac général et technologique.

Contre la réforme du baccalauréat, qui prévoit de diminuer le nombre d'épreuves finales de l'examen au profit du contrôle continu, et qui s'accompagne d'une refonte de l'enseignement au lycée, des enseignants ont mené des grèves de la surveillance le premier jour de l'examen.

A Paris, plusieurs centaines de professeurs se sont rassemblés symboliquement devant le métro "rue du Bac", à l'appel du Snes-FSU. Un retard maximum d'une heure sera toléré pour les candidats.

"Je sais bien qu'on essaie de donner cette image du ministre qui fonce sans écouter, mais c'est juste faux", a-t-il déploré, assurant avoir beaucoup discuté sur cette réforme du bac, annoncée par Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle. La première édition de cet examen sous sa nouvelle forme aura lieu en 2021.

La grève des surveillances le 17 juin a connu un écho très variable, mais avec des pointes à 60-70% de collègues convoqués en grève dans certains établissements. Réunis ensuite en assemblée générale, ils ont voté la poursuite de la grève de surveillance du bac.

"On ne souhaite pas empêcher les jeunes de rentrer dans les salles d'examen".

Le Ministère conteste les chiffresSur France Inter, Jean-Miche Blanquer le ministre de l'Éducation nationale, a jugé cette grève "incompréhensible par le fait qu'elle soit le jour du bac, c'est d'ailleurs pour ça que l'immense majorité des professeurs ne la suit pas".

Les élèves des filières professionnelles commenceront pour leur part par le français. De nombreux établissements ont toutefois pris leurs précautions en convoquant plus de personnels que nécessaire.

Le temps, le travail, les lois, la liberté, Freud, Montaigne...: les quelque 554.000 candidats au bac général et technologique composaient lundi matin sur l'épreuve de philosophie, qui donne le coup d'envoi d'une semaine d'examens. Mais la proportion de bacheliers dans une génération est nettement plus faible: un jeune sur cinq âgé de 18 ans n'avait pas le bac en 2018.

Dernières nouvelles