Top départ du Service national universel, promesse de campagne de Macron

Top départ du Service national universel, promesse de campagne de Macron

Service national universel : top départ ! - Abonnement

Parce qu'il s'agissait d'une promesse de campagne emblématique du candidat Macron, le chef de l'Etat sera avec lui pour rencontrer ce 19 juin les jeunes engagés dans un centre du Val-d'Oise. Le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, Gabriel Attal, était venu en décembre pour découvrir les structures et organismes prêts à participer à l'aventure. Pour cette première édition, 2 000 adolescents, dont une cinquantaine en situation de handicap, débarquent. Ils ont été répartis sur 13 départements, un par région métropolitaine auxquelles s'ajoute la Guyane, et seront hébergés dans des "centres SNU" (internats, centres de vacances, Crous, etc.).

Interrogé par Le Parisien, le maire de la ville s'est défendu en assurant s'être " occupé de certains de ces jeunes après la cérémonie ". "On a eu des demandes de la BBC, de CNN, de télés allemandes ou japonaises, mais on a fait attention à éviter le côté "Loft Story", relate Gabriel Attal.

Leurs frais de déplacement sont pris en charge par l'État et aucun des volontaires n'effectue ce séjour SNU dans son département. Les jeunes sont des lycéens, des décrocheurs scolaires, des apprentis, des élèves en CAP. Après cette première phase en hébergement collectif, ils devront réaliser une mission d'intérêt général cet été ou durant l'année scolaire 2019-2020: deux semaines, d'affilée ou pas, au sein d'une association, d'une maison de retraite ou de services de pompiers.

Avec des journées intenses au programme, ces premiers participants ne vont pas chômer. "Celui-ci sera interdit le reste du temps". Une présence justifiée par la participation des armées dans l'encadrement et la présence de modules sur la défense et la sécurité. Et assisteront à quatre rendez-vous dans chaque centre SNU: le match de la Coupe du monde féminine de foot France-Nigeria le 17 juin, la commémoration de l'Appel du 18 juin, la Fête de la musique le 21 et la cérémonie de clôture le 28. Coût estimé à terme: 1,6 milliards d'euros par an en période pleine avec les 800.000 jeunes de 16 ans.

Dernières nouvelles